Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Tornade de Jennifer Brown

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur,Partenariats — 1 mai 2015 @ 20 h 11 min

TornadeGenre : Jeunesse

Editeur : Albin Michel (Wiz)

Année de sortie : 2015

Nombre de pages : 281

Synopsis : C’est un jour comme un autre pour Jersey. Sa mère et sa fantasque petite sœur Marine partent pour le cours de danse. Encore à elle la corvée de préparer le dîner. Quand sa vie bascule en quelques secondes : une tornade d’une violence exceptionnelle dévaste tout sur son passage, les maisons, les arbres, les routes, les gens. C’est une vision de cauchemar, des voisins blessés et traumatisés errent dans la rue jonchée de gravats et de débris. Réfugiée au sous-sol, Jersey a beau appeler et appeler encore sur le portable de sa mère, impossible de la joindre …

 

Avis : Je remercie d’abord les éditions Albin Michel de m’avoir envoyé ce livre afin que je puisse le découvrir !

J’avais quelques doutes à propos de ce livre en lisant le synopsis, parce que je n’aime pas trop ce genre d’histoires. Je m’attendais donc à un avis plutôt mitigé, ce qui n’est pas le cas en réalité !

Dès le prologue, le lecteur plonge dans la vie de Jersey et de sa petite sœur, Marine, qui adore danser le swing de la côte Est, il est happé par les mots que l’auteur emploie pour parler de leur relation et de leur vie en général. Et dès le début, j’ai su que ce serait un roman fort, qui me marquerait. En fait, le fait que la base du livre soit une tornade donne au livre une atmosphère très oppressante, et le lecteur peut avoir beaucoup de mal à imaginer ce qui peut arriver à l’héroïne. J’ai ressenti une instabilité et un déséquilibre dans ma lecture que je n’avais jamais ressenti à ce point avant. Comme Jersey, j’ai été complètement perdu dans ce livre, je ne savais pas à quoi m’attendre, rien n’était prévisible, et j’ai découvert l’intrigue peu à peu, avec surprise parfois. J’ai souvent été choquée par ce que je lisais, par les réactions que je lisais. Je ne m’attendais tellement pas à ce genre de choses après une telle catastrophe ! J’ai ressenti un malaise qui allait crescendo avec le parcours de Jersey. De plus, elle nous parle de sa vie avant la tornade, et cela m’a complètement bouleversée. J’ai été touchée par ses souvenirs, par son bonheur passé, en contraste avec sa vie actuelle. J’ai parfois été émue aux larmes, en me retenant toujours parce que les événements qui venaient ensuite demandaient du « sang-froid » si je peux dire. L’histoire de Jersey est très triste, mais aussi très révoltante. Les personnes qui se trouvent autour d’elle font des choses que l’on ne comprend pas (ou en tout cas, que je n’ai pas compris). Rien que ce qui se passe pendant la tornade n’est pas compréhensible. Comment perdre autant de choses d’un coup ? Comment se lever un matin dans une maison, et se réveiller le lendemain au milieu des ruines ? C’est aussi en lisant ce genre de livres que l’on se rend un peu compte de ce qu’une personne qui vit ce genre de catastrophe naturelle peut ressentir, même si ce n’est pas tout à fait ça bien sûr. Ensuite, avec une catastrophe naturelle, il y a forcément des disparitions, et des morts, donc il fallait aussi s’attendre à cela dans ce livre. C’est toujours un choc, même si on sait que cela doit arriver.

Ayant déjà parcouru les décombres laissés par une tornade, je me suis d’autant plus identifiée à Jersey, j’ai vraiment ressenti ce qu’elle ressentait, son remords, ses regrets, sa tristesse, son désespoir, mais aussi sa colère. Elle m’a parfois fait pitié, notamment là où elle va après la tornade. Le lecteur peut avoir très envie de défendre l’héroïne à certains moments. Elle est courageuse, mais elle n’a pas le choix de l’être ; si elle ne l’est pas, elle est foutue, on peut le dire. Elle est d’abord seule, mais même quand elle retrouve quelqu’un, elle semble toujours l’être. Cette catastrophe la change complètement, elle devient une autre personne, et découvre tout un tas d’informations sur sa famille, et sur ceux qu’elle pensait connaître. D’autres personnages m’ont touchée dans ce livre, et notamment la petite Marine. Elle est tellement adorable vue par les yeux de sa sœur ! Elle m’a fait penser à ma propre petite sœur, même si je ne pense pas avoir été comme Jersey avec elle. Ce que l’héroïne nous fait découvrir d’elle à travers ses souvenirs, et à travers quelque chose que j’ai trouvé très émouvant – mais je vous laisse la surprise ! – m’a vraiment touchée. Le personnage de la mère de Jersey est assez ambivalent : la jeune fille aime profondément sa mère, la met sous globe si l’on peut dire, mais elle découvre tout un tas de choses sur elle qui la plonge dans l’incertitude la plus complète. La connaît-elle ? Doit-elle croire ceux qui lui parlent d’elle ? D’autres personnages apparaissent dans ce livre, notamment Ronnie, que je n’ai pas vraiment apprécié, et je pense que les autres lecteurs peuvent comprendre pourquoi ; Kolby, très important pour Jersey, que je n’ai pas pu m’empêcher d’apprécier et je pense qu’il voulait vraiment aider l’héroïne et se montrer courageux ; Dani, dont on ne sait pas grand-chose, et qui m’a laissé une impression assez mitigée ; Jane, dont on ne sait pas grand-chose non plus, mais pour qui on s’inquiète comme l’héroïne ; Clay et sa famille, je pense que cela se passe de commentaires, même si Terry est différente ; Patty et Barry, que j’ai beaucoup aimé, courageux et touchants, qui cherchent vraiment à aider.

Le lecteur peut découvrir dans ce livre à quel point il ne profite pas de la vie tant qu’il le peut. Jersey s’en rend compte, elle, et le lecteur se retrouve en face de cette claque qu’est, ici, une catastrophe naturelle. C’est affolant, oppressant, difficile à imaginer, et nos cœurs se serrent quand on se retrouve dans la peau de Jersey. Ce livre donne vraiment envie de vivre notre vie à fond, et de ne surtout pas avoir de regrets, jamais, ne pas se dire que l’on a dit ceci à untel, et qu’il a disparu avant qu’on puisse s’en excuser, ou lui dire qu’on l’aime.

J’ai trouvé la fin à la fois inattendue, et je me suis dit : « Enfin ! ». A ce moment-là, je ne me suis plus retenue de pleurer ! L’on comprend en lisant cette partie que ce livre est vraiment un parcours difficile à la fois pour l’héroïne et les autres personnages, mais aussi pour les lecteurs, qui ne peuvent rien faire pour Jersey, une jeune fille à laquelle ils s’attachent facilement. Je ne regrette vraiment pas cette lecture, même si elle était éprouvante, et je trouve même qu’elle fait partie des meilleures que j’ai eu l’occasion de faire.

 

En définitive, un coup de cœur encore une fois, même si c’est une lecture qui demande des nerfs et qui se révèle vraiment éprouvante !

 

logo albin michel wiz

4 commentaires »

  1. LaLibrosphère dit :

    Effectivement, tu as bien fait de me le conseiller. Il m’intéresse beaucoup et je viens juste de l’ajouter à ma wish list ! :D

    • redbluemoon dit :

      J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi ! C’est parfois difficile à lire, mais c’est fort, et ça vaut vraiment le coup !

  2. http://totorosreviews.com dit :

    je n’ai pas accroché à la direction prise par le roman, je m’attendais franchement à autre chose… déception pour ma part! :(

    • redbluemoon dit :

      C’est vrai que ce n’était pas une façon évidente d’appréhender l’histoire … Peut-être que tu accrocheras plus (ou a plus accroché) avec son roman précédent, Hate List :)

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes