Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour octobre, 2014

Vie de Henry Brulard de Stendhal

Posté : 27 octobre, 2014 @ 6:56 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Vie de Henry Brulard Genre : Autobiographie

Editeur : Folio

Année de sortie : 1983

Nombre de pages : 435

Synopsis : Je me trouvais ce matin, 16 octobre 1832, à San Pietro in Montorio, sur le mont Janicule, à Rome, il faisait un soleil magnifique. Une chaleur délicieuse régnait dans l’air, j’étais heureux de vivre … Quelle vue magnifique ! c’est donc ici que la Transfiguration de Raphaël a été admirée pendant deux siècles et demi. Ainsi pendant deux cent cinquante ans ce chef-d’œuvre a été ici, deux cent cinquante ans ! … Ah ! dans trois mois j’aurai cinquante ans, est-il bien possible ! 1783, 93, 1803, je suis tout le compte sur mes doigts … et 1833 cinquante. Est-il possible ! cinquante ! … Je me suis assis sur les marches de San Pietro et là j’ai rêvé une heure ou deux à cette idée : Je vais avoir cinquante ans, il serait bien temps de me connaître.

 

Avis : Je lis le plus d’autobiographies possibles pour mon programme de cette année, et celle-ci m’a été vivement conseillée parce qu’elle avait été écrite par Stendhal et parce qu’elle avait été écrite de façon originale. Je me suis donc lancée en début de vacances !

Je ne peux pas dire que j’ai aimé ce livre, même si je ne l’ai pas détesté. Je n’ai pas pris de plaisir à lire, je m’y sentais obligée, et cela m’a beaucoup gênée. Je comptais les pages qui me séparaient de la dernière, c’est pour dire ! Il me semble que ce livre a deux gros défauts : d’abord, l’auteur dérive souvent de ce qu’il était en train de dire. Il réalise des sauts temporels conséquents qui m’ont souvent perdue, je ne savais plus de quelle année il parlait. Pour dire, il passe de 1800 à 1820 à 1793 à 1836 … C’est assez confus, et ne facilite pas du tout la compréhension. Il semblait à première vue que Stendhal désirait parler de sa vie de façon chronologique, mais cette chronologie est trop souvent bouleversée pour pouvoir être suivie par le lecteur. Deuxième défaut : il m’a semblé qu’il y avait beaucoup de répétitions. Elles m’ont donné l’impression de ne pas avancer et de ressasser toujours les mêmes choses, de stagner dans la vie de l’auteur. J’avais parfois envie de passer certains passages parce que je pouvais les réciter : je me souvenais que l’auteur en avait parlé plus tôt, et je connaissais déjà cet élément de sa vie. Les dessins qui parsèment l’ouvrage m’ont paru être une très bonne idée, ils animent le récit et donnent à voir ce dont l’auteur parle : le seul problème, c’est l’écriture de Stendhal, complètement illisible. Heureusement que l’édition comportait des légendes écrites en caractères d’imprimerie ! Parfois, je n’ai pas réussi à replacer ce dont parlait l’auteur dans le dessin parce que je ne retrouvais pas le nom d’une rue, d’un bâtiment ou de quelqu’un. Le lecteur peut souvent être tenté d’abandonner le déchiffrage des dessins.

Les personnages présentés ici par Stendhal sont surtout de la famille et des amis. Il semble que l’auteur détestait cordialement son père et sa tante Séraphie, ce qui est très visible à la mort de celle-ci. Son grand-père semble être la personne qu’il aime le plus avec sa mère. J’ai beaucoup aimé le personnage de la tante Elisabeth, même si elle n’est pas omniprésente dans le récit. L’éducation que cette famille a donné à Stendhal est très incomplète, et elle ne lui a pas permis de se sociabiliser avec des gens de son âge, d’où, sans doute, le caractère de l’auteur à 17 ans. Il semble très naïf, il ne connaît rien de la vie, et ne se rend pas compte qu’il passe à côté de multiples relations qui auraient pu l’aider dans une potentielle carrière. L’auteur, au moment où il écrit, s’en rend compte et blâme sa famille et les personnes chargées de son éducation. Stendhal écrivant peut aussi être considéré comme un personnage du livre. Il fait souvent des remarques au présent, et s’adresse au lecteur, auprès duquel il s’excuse pour ses multiples sauts dans le temps. Il se demande souvent si son livre sera lu, et pense aux lecteurs de 1880 qui ne comprendront peut-être pas certaines choses qu’il raconte dans son ouvrage (que doit-on dire des lecteurs de 2014 !)

La religion est clairement abhorrée par Stendhal, tout comme la monarchie. Il semble qu’il ait construit son image en antithèse parfaite de celle de sa famille. La religion est représentée par les prêtres qu’il voit ou qui ont fait son éducation. Il exècre particulièrement l’un d’eux dont il parle tout le long de son livre. Il critique également la monarchie, et ne parle que de république. Mais sa personnalité semble paradoxale, notamment quand il parle de son côté républicain et de son point de vue sur le peuple. Son éducation ne colle pas avec sa personnalité, il semble déchiré entre les deux sans s’en rendre compte.

Ce livre peut aussi être vu comme une réflexion sur la réception d’un livre pour un lecteur d’une époque postérieure à celle de l’auteur. Comme je l’ai dit plus haut, il pense aux lecteurs de 1880 et se demande comment ce livre sera reçu, s’il sera seulement publié, s’il sera lu, si les lecteurs l’apprécieront, s’ils ne préfèreront pas le jeter parce que l’auteur les perd. J’ai trouvé cet aspect du livre très intéressant. En effet, il est certain que je n’ai pas lu ce livre comme a pu le lire un contemporain de Stendhal, un lecteur de 1880, ou un de 1950. Les œuvres sont toutes appréhendées et interprétées de manière différente selon les époques de leur lecture. Et la question de la réception n’est toujours résolue qu’après la mort de l’auteur.

 

En définitive, un livre trop confus, que je n’ai pas su apprécié à sa juste valeur sans doute. Cela ne me donne pas très envie de lire d’autres œuvres de Stendhal …

Lambeaux de Charles Juliet

Posté : 17 octobre, 2014 @ 9:06 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Lambeaux Genre : Autobiographie, Contemporaine

Edition : Folio

Année de sortie : 1997

Nombre de pages : 155

Synopsis : Dans cet ouvrage, l’auteur a voulu célébrer ses deux mères : l’esseulée et la vaillante, l’étouffée et la valeureuse, la jetée-dans-la-fosse et la toute-donnée. La première, celle qui lui a donné le jour, une paysanne, à la suite d’un amour malheureux, d’un mariage qui l’a déçue, puis quatre maternités rapprochées, a sombré dans une profonde dépression. Hospitalisée un mois après la naissance de son dernier enfant, elle est morte huit ans plus tard dans d’atroces conditions. La seconde, mère d’une famille nombreuse, elle aussi paysanne, a recueilli cet enfant et l’a élevé comme s’il avait été son fils. Après avoir évoqué ces deux émouvantes figures, l’auteur relate succinctement son parcours : l’enfance paysanne, l’école d’enfants de troupe, puis les premières tentatives d’écritures. Ce faisant, il nous raconte la naissance à soi-même d’un homme qui, à la faveur d’un long cheminement, est parvenu à triompher de la « détresse impensable » dont il était prisonnier. Voilà pourquoi Lambeaux est avant tout un livre d’espoir.

 

Avis : J’ai eu quelques échos de ce livre avant de le lire : on m’a dit que c’était déprimant et qu’il ne fallait pas le lire quand ça n’allait pas. On m’a parlé de larmes et de désespoir. Autant dire que je n’avais pas très envie de le lire. Mais j’étais tout de même un peu intriguée.

Cela faisait un moment que je n’avais pas ressenti une telle émotion. A un moment bien précis, j’avais même les larmes aux yeux. La façon d’écrire de l’auteur permet vraiment de se sentir directement concerné par ce qui est raconté. On est pris à parti, emporté dans une vie qui devient la nôtre pendant quelques heures. Enfin deux vies différentes : celle de la mère de l’auteur, et celle de l’auteur lui-même. J’ai trouvé la première partie très émouvante, très difficile à lire à cause des émotions qu’elle dégage. Une femme forte mais que la vie a fait plier. J’ai vraiment eu mal au cœur pendant la majeure partie du livre qui la concerne. La seule chose positive qui lui arrive se trouve vite transformée en quelque chose d’horrible, d’ineffaçable, qui la plonge dans un monde de ténèbres dont elle ne sort vraiment jamais. La guerre intervient, et l’on se retrouve dans la deuxième partie, la vie de l’auteur à partir de sa naissance. J’ai un peu moins accroché. C’est un peu moins triste, même si quand il commence à écrire, on peut penser que le désespoir n’est pas loin. Ici encore, c’est un peu laborieux. La façon d’écrire est assez orale, et ce qu’il dit est difficile à exprimer. A la fin, l’auteur nous parle du livre même qu’il est en train d’écrire, et cela donne une impression assez étrange. Nous sommes dans le livre que nous sommes en train de lire, à l’intérieur même de ce qui est passé, achevé. Je me suis vraiment sentie impliquée dans l’histoire de l’auteur, ainsi que dans celle de sa mère précédemment.

La misère de la première partie est affligeante. On peut avoir un peu de mal à l’imaginer si on ne l’a pas connu, ce qui est mon cas heureusement. De plus, le cadre n’est pas non plus habituel à notre époque. La vision qu’a la jeune fille de l’éducation est vraiment magnifique, et ce serait bien que les élèves de maintenant prennent conscience de ce que cela représente réellement. Que serait-on sans éducation, sans école, sans professeur pour nous montrer la voie ? Oui, parfois il est possible d’apprendre par soi-même, mais certaines choses ne s’apprennent pas de cette façon. L’éducation, l’école, le professeur sont des guides, dont aujourd’hui, les élèves ne souhaitent plus se servir. Ce livre fait voir tout cela d’une autre manière, et l’on se dit qu’on a de la chance parfois de vivre à notre époque. Cette impression est renforcée par la mention de la Seconde Guerre mondiale, et de ce qu’elle a pris à l’auteur.

La difficulté de l’auteur dans la seconde partie fait également mal au cœur. Son incapacité à écrire fait peine à voir. Et pourtant, c’est assez paradoxal, car nous lisons ce qu’il a écrit. Nous pouvons penser que nous voyons alors l’auteur travaillant, qui se bat avec ses mots, qui plaque sur des pages chaque phrase une à une du livre que nous lisons. Cela m’a fait une drôle d’impression, c’est une expérience assez particulière. Et la façon d’écrire la renforce !

 

En définitive, un livre qui nous touche, qui nous « parle » vraiment, que je conseille, même s’il est triste et parfois difficile.

W ou le souvenir d’enfance de Georges Perec

Posté : 13 octobre, 2014 @ 8:39 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

W ou le souvenir d'enfanceGenre : Autobiographie, Aventure

Editeur : Gallimard

Année de sortie : 2012

Nombre de pages : 222

Synopsis : Il y a dans ce livre deux textes simplement alternés ; il pourrait presque sembler qu’ils n’ont rien en commun, mais ils sont pourtant inextricablement enchevêtrés, comme si aucun des deux ne pouvait exister seul, comme si de leur rencontre seule, de cette lumière lointaine, qu’ils jettent l’un sur l’autre, pouvait se révéler ce qui n’est jamais tout à fait dit dans l’un, jamais tout à fait dit dans l’autre, mais seulement dans leur fragile intersection. L’un de ces textes appartient tout entier à l’imaginaire : c’est un roman d’aventures, la reconstitution, arbitraire mais minutieuse, d’un fantasme enfantin évoquant une cité régie par l’idéal olympique. L’autre texte est une autobiographie : le récit fragmentaire d’une vie d’enfant pendant la guerre, un récit pauvre d’exploits et de souvenirs, fait de bribes éparses, d’absences, d’oublis, de doutes, d’hypothèses, d’anecdotes maigres. Le récit d’aventures, à côté, a quelque chose de grandiose, ou peut-être de suspect. Car il commence par raconter une histoire et, d’un seul coup, se lance dans une autre : dans cette rupture, cette cassure qui suspend le récit autour d’on ne sait quelle attente, se trouve le lieu initial d’où est sorti le livre, ces points de suspension auxquels se sont accrochés les fils rompus de l’enfance et la trame de l’écriture.

 

Avis : Etudiant l’autobiographie cette année, je tiens à vous prévenir que je ne vais pratiquement lire que cela, avec quelques mémoires, autofictions et fictions racontant une vie dans son entièreté. Mais je n’aurais sans doute pas le temps pour autre chose, malheureusement.

Je ne connaissais pas du tout l’existence de ce livre avant cette année, et même, je peux dire que je ne m’y connais pas trop en autobiographies en général. Je n’en ai pas lu beaucoup (ou alors je n’en avais pas vraiment conscience) et je dois avouer que ce n’est pas vraiment un genre qui m’attire beaucoup. J’ai tout de même hâte de voir ce que cela peut donner à étudier ! Venons-en au livre !

Comme dit dans le synopsis, le livre est divisé en deux histoires racontées alternativement (un chapitre sur deux). Cela peut surprendre au début, et même un peu dérouter pour certains, mais on s’y fait rapidement ; cela peut aussi rendre difficile l’entrée du lecteur dans le livre. En ce qui me concerne, j’ai eu un peu de mal avec l’histoire de W. Je m’attendais à une histoire avec un personnage individualisé (mais je suppose que l’effet de masse est fait exprès, W représentant sûrement le régime nazi), mais cette partie du livre est surtout une longue description du mode de vie sur W. J’aurais vraiment aimé un développement avec le suivi d’un athlète par exemple. J’ai trouvé cela un peu dommage. En tout cas, le régime W est vraiment atroce avec les Athlètes. Certains aspects de la vie m’ont révulsé, notamment les parties sur les femmes et les novices. Clairement, sur W, personne ne vit. Le sport est omniprésent, représente tout ce qui compte dans la vie, puisqu’à la clé se trouve la Victoire. Il n’y a, pour ainsi dire, pas de relations humaines, et les lois sont tout sauf justes (je me demande si on peut vraiment appeler ça des lois). C’est un régime cruel apparenté au régime nazi ; et je pense encore que W est une atténuation, car les Athlètes survivent, et peuvent espérer atteindre un grade un peu plus élevé que celui avec lequel ils commencent.

Concernant la partie autobiographique du livre, il est clair que l’auteur fractionne, fragmente ses souvenirs (ou qu’ils sont réellement comme cela pour lui). Nous n’avons pas vraiment de repères dans cette partie, même s’il me semble évident que l’auteur avance dans le temps en même qu’il avance dans le livre. L’écrivain semble avoir très peu de souvenirs, tous confus, ce qui rend la lecture parfois compliquée. On ne sait pas vraiment si ce que l’auteur raconte est vrai, parce que lui-même ne le sait pas. Il utilise des photos, les décrit pour apporter un peu de matière à son livre, parle de membres de sa famille, dont il ne semble pas bien se souvenir parfois. Un épisode m’a particulièrement ému : celui de la médaille.

Ce livre me semble montrer les conséquences que la guerre peut avoir sur un enfant. L’alternance des deux histoires semble montrer la fracture qui s’est effectuée dans l’esprit de l’auteur. Nous pouvons penser que si les souvenirs sont si confus, c’est parce que la guerre les a effacés de la mémoire de celui qui raconte.

 

En définitive, un livre intéressant, qui montre le choc occasionné par la guerre sur un enfant en France. L’alternance entre les deux histoires peut gêner mais elles sont toutes les deux liées. J’ai préféré la partie autobiographique, mais on ne peut pas nier l’intérêt de la partie aventureuse. 

Petite note sur Les Mots de Jean-Paul Sartre

Posté : 10 octobre, 2014 @ 4:35 dans Avis littéraires, Coup de cœur | Pas de commentaires »

Aujourd’hui, 10 Octobre 2014, je viens de relire ce livre, et je ne peux pas m’empêcher de me dire que c’est vraiment un des meilleurs livres que j’ai lus ! Sartre met des mots sur tant de choses difficiles à exprimer dans l’enfance, et décrit si clairement l’attitude de l’enfant … Les enfants sont les rois du monde, ils se cherchent un but, et parfois, ils trouvent une vocation. Je pense que je relirais encore ce livre, que je conseille à tous ! Ce n’est pas un classique qui fait peur, un classique illisible (comme certains les pensent pratiquement tous). Il nous ouvre une vision du monde particulière et peut aider à nous comprendre nous-mêmes.

(Et je viens aussi de me rendre compte que je l’ai lu la première fois en 2013 et qu’il parle de cette année dans son livre : ça m’a fait un peu bizarre, surtout que je l’ai un peu lu sur un coup de tête la première fois).

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes