Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

The Giver de Lois Lowry

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 18 juin 2014 @ 22 h 43 min

The GiverGenre : Jeunesse, Science-fiction

Editeur : Laurel-Leaf

Année de sortie : 2002

Nombre de pages : 179

Synopsis :Jonas’s world is perfect. Everything is under control. There is no war or fear or pain. There are no choices. Every person is assigned a role in the Community. When Jonas turns twelve, he is singled out to receive special training from The Giver. The Giver alone holds the memories of the true pain and pleasure of life. Now it’s time for Jonas to receive the truth. There is no turning back.

 

Avis : Ce livre m’a été prêté juste après que je l’ai découvert sur Livraddict. Il m’avait intrigué à la lecture du synopsis, et je trouvais la couverture assez mystérieuse.

J’ai vraiment adoré ce livre, je ne peux pas le nier. J’ai suivi avec passion l’apprentissage de Jonas en tant que « Receiver of Memories ». C’est vraiment troublant de découvrir un monde où tout ce que l’on connaît n’existe plus, où les individus ne peuvent faire aucun choix, où il n’y a pas d’Histoire et pas de mémoire individuelle. C’est aussi effrayant, surtout quand on se rend compte de ce que font certaines personnes à cause du manque de souvenirs, mais aussi du manque de sentiments. C’est un univers où tout le monde existe, mais où personne ne vit, et l’on ne peut s’empêcher de se sentir triste en lisant certains passages. Au début, en lisant, on ne s’aperçoit pas que certaines choses n’existent pas parce que, pour nous, il est évident qu’elles existent, et l’on est vraiment surpris en comprenant que ce n’est pas le cas ici. L’ambiance du livre est très particulière : elle est un peu pesante parfois, détendue d’autres fois. On a du mal à s’imaginer dans ce monde, où il n’y a pas vraiment de liens, ce que l’on comprend au fur et à mesure du livre. La rencontre entre Jonas et l’ancien « Receiver », le Giver, est belle je trouve. Ils n’ont aucun lien avec personne et se découvrent à travers leurs souvenirs. Ils se dévoilent peu à peu, surtout le Giver, qui semble vieux, et je me suis surprise à imaginer des liens plus profonds, comme, pourquoi pas, celui d’un petit-fils et de son grand-père. Et le « release » m’a un peu choquée : Jonas ne se rend pas compte de ce que c’est vraiment, mais nous, nous le savons. C’est assez simple de le comprendre, et le fait que Jonas, lui, ne comprenne pas rend bien compte de l’état du monde où il se trouve : il ne sait absolument rien, il n’a aucune connaissance et aucun passé. Et sans passé, les hommes ne vont nulle part. Enfin, l’amour est complètement absent, au sein de la famille et entre les individus : leur façon de faire les enfants fait peur …

J’ai beaucoup aimé le personnage de Jonas et me suis attachée à lui. Il sait qu’en étant choisi, il va avoir un avenir particulier, mais il ne se rend vraiment compte de ce que cela veut dire qu’au fur et à mesure du livre. C’est un personnage courageux, qui ne fait pas du tout son âge (je me suis d’ailleurs demandée s’il avait vraiment douze ans …) et qui se retrouve peu à peu isolé par rapport à ses proches parce qu’il est différent. Il est le seul qui peut nous ressembler dans le monde créé par l’auteure. Il est le seul à sembler avoir un cœur et un esprit. Il est intelligent, et comprend vite que quelque chose cloche dans son univers, que chaque chose n’est pas à sa place, et que les choses qui n’existent pas n’auraient jamais dû disparaitre. J’ai aussi beaucoup aimé le Giver. J’ai pensé que la photographie sur la couverture correspondait bien à la façon dont je me suis imaginée le personnage. J’aurais aimé connaître quelqu’un comme lui. Il semble sage, intelligent, et sait depuis longtemps que les choses doivent changer. C’est aussi un personnage très émouvant, qui souffre et qui nous fait de la peine. Les autres personnages sont formatés dans leur société, enveloppés de coton et protégés des souvenirs. Seuls Jonas et le Giver souffrent. La famille de Jonas m’a tout d’abord paru sympathique, puis mon avis sur elle a évolué … Ses amis ne le comprennent pas, mais j’ai tout de même apprécié Asher et Fiona. Enfin, j’ai trouvé les « Old » assez émouvants eux aussi. Ils croient vraiment que le « release » est bon pour eux, que c’est un honneur … J’ai aussi aimé les « newchildren », et surtout Gabriel, qui m’a vraiment semblé mignon ! Le fait qu’il pût être « libéré » m’a horrifiée …

J’ai lu ce livre en VO et ne le regrette pas du tout. C’est tout à fait compréhensible, il n’y a que quelques mots un peu plus compliqués que les autres. Je pense qu’il vaut mieux lire ce livre en anglais si on le peut.

 

En définitive, j’ai vraiment adoré ce livre, il fait partie de mes préférés, et je pense le relire souvent !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes