Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Louis XIV, tome 1 : Le Roi-Soleil de Max Gallo

Classé dans : Avis littéraires — 11 avril 2014 @ 19 h 37 min

Louis XIV 1Genre : Biographie, Historique

Editeur : Pocket

Année de sortie : 2009

Nombre de pages : 420

Synopsis : « Le roi est mort, vive le roi ! » Ce matin de mai 1643, un nouveau soleil s’est levé sur le royaume de France. Sous l’œil aimant d’une mère rompue à la politique, un roi-enfant découvre la charge que son sang et Dieu lui-même lui destinaient. Il sait pertinemment le poids qu’il lui faudra porter. Très vite, la Fronde vient inaugurer un douloureux apprentissage. Son amour pour sa mère, Anne d’Autriche, son respect pour Mazarin, un père de substitution qu’il ne peut s’empêcher de mépriser, son goût pour l’art, le jeu, les femmes et la chasse, rythment une adolescence à nulle autre pareille. Car, non content de devenir un homme, le jeune Louis doit incarner l’Etat, guider la France vers l’âge d’or qu’il lui a promis. Malgré les embûches, les blessures, les deuils, il lui faudra régner. Seul.

 

Avis : J’adore l’époque de Louis XIV ! Versailles, les bals, la Cour … Cela me faisait rêver, bien qu’il y ait des intrigues de Cour, la débauche, les désirs du Roi et des courtisans. Je me devais de lire ce livre.

C’est vraiment une très bonne biographie de Louis XIV (l’ayant étudié en cours, j’y ai tout retrouvé, jusqu’au boulet de canon qui emporte la tête de Turenne à Saltzburg !). Cette œuvre regorge de détails sur la vie privée et publique du Roi et de la Cour : on sait tout, des secrets d’alcôve aux grossesses, en passant par les tentatives de meurtres et les arrogances des femmes, les sièges, les assauts sur les villes assiégées, les combattants valeureux, ceux qui font de l’ombre au Roi et ceux que le Roi méprise. La façon d’écrire de l’auteur est très intéressante elle aussi : l’on a vraiment l’impression de se trouver dans la tête de Louis XIV, même si le livre n’est pas écrit à la première personne. C’est comme si le Roi nous confiait ses pensées, mais en écrivant à la troisième personne. On sait ce qui lui plaît, ce qui ne lui plaît pas, les personnes qu’il aime, qu’il déteste, les femmes qu’il désire, puis qu’il repousse. On est vraiment pris dans un chassé-croisé entre la vie de Cour, et la vie guerrière du Roi. En revanche, souvent, j’ai trouvé quelques répétitions, comme avec La Voisin, qui revient très souvent il me semble, ou certaines autres allusions. Cela peut presque nous donner l’impression que l’auteur nous prend pour des imbéciles : en le disant une fois, on va s’en souvenir. D’un autre côté, pour ceux qui lisent les livres en plusieurs fois, cela peut être pratique, ils ne seront pas perdus dans leur lecture.

Les personnages de ce livre, pour la grande majorité, sont connus de tous. En ayant accès aux pensées de Louis XIV, on se rend vraiment compte qu’il se pensait investi d’une mission divine, intermédiaire entre Dieu et les hommes. Il est certain de sa supériorité sur les autres hommes et ne supporte pas que qui que ce soit tente de lui arriver à la cheville. Il traite les femmes comme des objets qui doivent assouvir ses désirs : il les aime pendant un temps, mais elles doivent disparaître de sa vie dès qu’il le veut. Il semble un peu corrupteur de la jeunesse dans ce livre : Mme de Montespan lui présente des jeunes filles et il fait ce qu’il veut avec elles. Mais, Louis XIV est surtout un roi attiré vers deux choses : la gloire et la guerre. La deuxième peut lui apporter la première, et celle-ci est ce qui fera de lui le plus grand roi d’Europe, et même du monde selon lui. Tout est fait, à Versailles, pour rappeler la puissance et la gloire du roi, des jardins aux salons. Tout le monde doit obéir au roi, et si quelque chose ne lui plaît pas, il n’y a pas d’alternative : Fouquet sera arrêté par le roi et condamné à perpétuité pour avoir osé embellir Vaux-le-Vicomte et avoir voulu être plus grand que le roi. La guerre, quant à elle, est parfois faite par le roi, mais il jalouse son frère, qui, lui aussi, y participe. Seul Louis XIV a le droit de briller et il le fait clairement savoir. Mme de Montespan est un personnage particulier. On ne peut pas dire qu’on l’apprécie vraiment pendant la lecture : elle ressemble clairement à une vipère et ne veut le roi que pour elle. Elle est prête à tout pour le garder. Le roi a d’autres maîtresses moins importantes comme Louise de la Vallière et Marie-Angélique de Fontanges. La reine Marie-Thérèse est complètement effacée de la vie du roi : elle n’apparaît pratiquement jamais, si ce n’est pour dire qu’elle est présente à table, à un bal, ou que le roi la rejoint après avoir passé la nuit avec sa maîtresse. Mazarin disparaît assez tôt dans l’œuvre. Ce n’est pas du tout un personnage auquel on s’attache, il semble corrupteur et pas du tout tourné vers la religion, malgré son titre de cardinal. Les quelques allusions de Louis XIV a une possible agression le rendent définitivement détestable. Anne d’Autriche, quant à elle, disparaît au milieu du livre. Elle semble avoir été très admirée par son fils, il l’aimait beaucoup, malgré certaines décisions prises apparemment contre elle. Enfin, Mme de Maintenon semble peu à peu gagner le cœur du roi, et on ne sait pas vraiment si telle était vraiment son intention. Louis XIV l’aime par le calme qu’elle lui procure, par sa sensibilité et sa dévotion à la religion. Il se rapproche d’elle à la fin de ce premier tome.

Certaines scènes sont assez horribles dans le sens où elles relatent l’état de personnes malades, comme la reine Anne d’Autriche, Mazarin et, sans doute la pire description, Marie-Angélique de Fontanges. Elles font vraiment froid dans le dos !

Enfin, on voit vraiment le côté ambivalent de la vie du roi : d’un côté la vie « privée » et publique, les femmes, la famille royale, les courtisans, et d’un autre côté les affaires d’Etat : les bas-fonds de Paris, les guerres, les alliances. Le roi ne veut pas se laisser abuser, mais les autres tentent d’en faire ce qu’ils veulent, de le manipuler, surtout quand il est petit, et qu’il doit affronter la Fronde. C’est sans doute de cette rébellion que lui vient l’envie de gouverner seul, de prendre le pouvoir et de ne dépendre de personne.

 

Un livre très intéressant, qui retrace bien la vie du roi, et qui s’achève à une période charnière : l’installation définitive du roi à Versailles. J’ai hâte de lire le second tome !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes