Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Archive pour février, 2014

A l’ombre des jeunes filles en fleurs de Marcel Proust

Posté : 26 février, 2014 @ 2:06 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

A l'ombre des jeunes filles en fleursGenre : Classique

Editeur : Garnier

Année de sortie : 2009

Nombre de pages : 741

Synopsis : Voici, avec Rabelais, sans doute, Stendhal, Hugo, Balzac et Flaubert, le plus grand romancier de notre littérature. A l’ombre des jeunes filles en fleurs prend la suite de Du côté de chez Swann et constitue la deuxième partie du cycle proustien. Paru à la N.R.F. en novembre 1918, le livre obtient, grâce en partie à une campagne enthousiaste de Léon Daudet, le prix Goncourt en décembre 1919. Il apporte enfin à Marcel Proust une reconnaissance qu’il attendait depuis longtemps. Du côté de chez Swann racontait l’amour de Charles Swann pour Odette de Crécy. A l’ombre des jeunes filles en fleurs s’ouvre sur l’amour du narrateur pour Gilberte, la fille de Swann et d’Odette. L’intelligence, bien entendu, mais aussi un profond pessimisme sont au cœur d’A la recherche du temps perdu et d’A l’ombre des jeunes filles en fleurs. Proust, qui était si gentil dans la vie de chaque jour, est impitoyable dans son livre. Son décor est fait de beauté, d’arbres en fleurs, d’œuvres d’art, d’élévation – et de cruauté entre les êtres. Cette cruauté, qui éclatera dans Sodome et Gomorrhe et dans La Prisonnière, est déjà présente dans A l’ombre des jeunes filles en fleurs. Il est difficile de lire Proust, qui est longtemps passé pour un auteur ennuyeux, sans éclater de rire. Le comique des descriptions, des attitudes, des conversations ne cesse jamais de se conjuguer avec le charme des haies d’aubépines et des jardins sous le soleil, et avec l’horreur de ces passions qui torturent les humains.

 

Avis : J’avais vraiment aimé le premier tome d’A la recherche du temps perdu, j’ai donc eu moins d’appréhensions à aborder ce deuxième tome assez volumineux et tout de même impressionnant, que je devais lire pour les cours. J’ai commencé ce volume en Décembre, et je ne le finis que maintenant, non pas parce qu’il est très difficile à lire, ni parce qu’il est ennuyeux, mais parce que j’avais d’autres choses à faire et que, j’avoue, je l’ai un peu oublié … (shame on me !)

Ce deuxième tome est vraiment bien, même si je lui préfère quand même le premier. Les phrases sont toujours aussi longues, parfois même lourdes, on s’y perd un peu parfois, mais cela vaut vraiment le coup. Une fois dedans, on suit le fil qu’a tendu l’auteur et on a envie de savoir, on a envie que cela continue. Dans ce tome, on ne suit que le narrateur, dans son périple à Paris puis à Balbec. Il est facile de passer de la première à la deuxième partie, et on ne se rend pas compte du temps qui passe dans le livre.

La première partie est consacrée à l’amour du narrateur pour Gilberte, la fille de Swann et Odette. Le narrateur nous livre ses pensées, utilise de nombreuses images pour décrire ce qu’il ressent. En réalité, tout ce qu’il voit ou ressent est métaphorisé. Son histoire avec Gilberte est particulière : il l’aime, mais il ne lui dira pas, et il finira par l’oublier quand il partira pour Balbec. Dans cette partie, le narrateur nous parle aussi d’Odette, qui le fascine, et de son envie de plaire aux parents de Gilberte pour être accepté chez elle, ce qu’il finira par être. C’est également ici que le narrateur entretient des relations avec M. de Norpois et Bergotte, son idole. Il se sent déjà une vocation d’écrivain et cherche à s’inspirer de son modèle. Ses relations à Paris sont exposées, et l’on découvre déjà son envie de se rapprocher de ceux qu’il aime sans leur dire, de se les attacher, ce qui arrivera aussi avec Albertine dans la deuxième partie.

Dans celle-ci, le narrateur part pour Balbec, l’endroit où il désirait tant aller ! Mais il est déçu de le découvrir, il l’imaginait autrement. On retrouve le motif de la chambre, hospitalière ou hostile, à laquelle il devra s’habituer. Il est parti avec sa grand-mère et Françoise. Dans cette partie, le narrateur poétise le monde, et surtout, sa fenêtre qui donne sur la mer, et qu’il transforme en tableau. On découvre de forts liens entre la peinture et la littérature, mais également entre l’architecture et la littérature. La cathédrale, motif qui servit à l’auteur pour écrire son œuvre, revient à intervalles réguliers dans le livre. La poésie se mêle très largement à l’œuvre de Proust et la rend agréable, imagée. D’autres choses que ce que le narrateur décrit se cachent derrière les choses vues. Dans cette partie, le narrateur fait la connaissance d’Elstir, le peintre, mais également d’Albertine et de sa bande. On découvre ses hésitations amoureuses, sa passion, son désir, mais aussi ses déceptions quand il se rend compte que les gens ne sont pas tels qu’il les avait imaginés.

Le livre se finit sur le départ du narrateur de Balbec. On peut penser qu’il y retournera, et qu’il retrouvera les personnages importants qui ont été présentés ici. Le tome se termine sur un dernier tableau, puisque Françoise ouvre les rideaux sur la fenêtre que le narrateur observe chaque jour. Le temps se trouve également dans cette fin, puisque le jour d’été est assimilé à une momie en robe d’or, donc déjà mort.

On comprend le titre en ayant lu le livre en entier : Gilberte est une des fleurs, mais les jeunes filles en fleurs sont clairement les filles de la bande, toutes comparées à des fleurs différentes, mais aussi dans la fleur de l’âge, au moment où les désirs s’éveillent. Cela fait encore partie de la poétisation du monde du narrateur.

Un seul petit bémol : l’édition. Fautes à répétition, phrases mal construites, oubli de mots, ajout de bouts de phrases déjà écrits : c’est déjà assez compliqué à lire sans qu’en plus, on nous mette des bâtons dans les roues ! C’est vrai que c’est une belle édition, mais je préfère celles qui sont écrites convenablement !

 

C’est donc un très bon deuxième tome, empli d’émotions diverses, assez long, mais vraiment plaisant et qui donne envie de lire la suite !

Billy Milligan, l’homme aux 24 personnalités de Daniel Keyes

Posté : 12 février, 2014 @ 6:20 dans Avis littéraires | Pas de commentaires »

Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalitésGenre : Thriller, Biographie

Editeur : France Loisirs

Année de sortie : 1983

Nombre de pages : 464

Synopsis : La police de l’Ohio arrête l’auteur présumé de plusieurs viols de jeunes femmes et croit résoudre un cas facile : les victimes le reconnaissent formellement et celui-ci possède chez lui la totalité de ce qui leur a été volé. Il nie pourtant farouchement. Son comportement étrange amène ses avocats à demander une expertise. On découvre qu’il possède une personnalité multiple. Billy Milligan, l’homme aux 24 personnalités retrace un cas unique – et rigoureusement authentique – dans l’histoire de la psychiatrie : celui d’un jeune américain souffrant d’un syndrome de personnalité multiple à la fin des années 70.

 

Avis : D’abord, je dois dire que je ne savais pas du tout que c’était une histoire vraie, que Billy Milligan est quelqu’un de bien réel. Je pensais lire un roman, et non une biographie. J’étais déjà très intriguée par ce livre, une amie m’en ayant déjà parlé plusieurs fois.

Le prologue nous expose tout de suite la réalité de ce qui va être raconté. J’ai eu un choc en apprenant que c’était une histoire vraie. Je pense que si je l’avais lu comme un roman, et qu’on ne m’avait dit qu’à la fin que c’était la réalité, j’aurais eu du mal à y croire. L’auteur a donc la bonté de nous expliquer de quoi le livre va parler. J’avoue avoir été sceptique à propos de la maladie de Billy Milligan (qui ne le serait pas dans un cas pareil ?) mais, au fur et à mesure du livre, on se rend compte qu’il peut difficilement mentir à propos de ses personnalités. Tant de psychiatres, d’experts, et même de personnes ordinaires, affirment qu’il ne peut pas simuler … On se demande comment tant de personnes peuvent avoir la même opinion en n’ayant aucun lien avec Billy Milligan avant l’affaire. De plus, ceux qui n’y croient pas ne passent pas de temps avec lui, ne lui ont jamais parlé ou ne l’ont même jamais vu. Comment les croire, alors que ceux qui sont proches de lui se rendent compte que quelque chose ne va vraiment pas ? Ensuite, comment un homme qui simule peut accepter d’être traité comme l’a été Billy Milligan sans craquer, sans avouer qu’il a menti, que non, ce n’est pas vrai, il n’est pas dissocié, il s’est servi de ça comme d’une excuse ? Et comment peut-il inventer une histoire aussi complexe que celle racontée dans le livre, comment peut-il changer d’apparence, d’accent, comment peut-il parler des langues qu’il n’a pas apprises ? On se rend vite compte qu’une histoire comme celle-là ne s’invente pas …

L’expérience d’avoir lu un livre sur un cas de personnalités multiples nous montre qu’on ne connaît pas encore tout ce que l’esprit, et même le corps peut faire. Beaucoup de questions restent encore en suspens, et cela donne vraiment envie de les résoudre, de comprendre ce qu’il se passe vraiment en nous, et d’aider ceux qui en ont besoin, qui se sont perdus. La façon dont l’histoire est racontée rend tout cela vraiment fascinant, on y croit vraiment. Avec la description des personnalités, on s’imagine bien la stupéfaction des interlocuteurs de Billy qui le voit changer du tout au tout en quelques secondes.

Je trouve vraiment ignoble, et même inhumain la façon dont certains médecins se sont occupés de Billy, et aussi la façon dont il est jugé. Si de nombreux experts de renom parviennent à la conclusion qu’il est victime du syndrome de personnalités multiples, et si seules quelques personnes qui n’ont pas examiné le cas accusent Billy de mentir, pourquoi le condamner à la prison ? Il doit être soigné, pas emprisonné. A certains moments du livre, on se rend compte qu’on ne lui laisse aucune chance.

Les crimes qu’il a commis n’en sont pas moins horribles, et, d’un autre côté, je peux comprendre le juge en charge de l’affaire. A sa place, sans connaître le cas, dans une affaire de viol, j’aurais sans doute déclaré la même chose, je l’aurais sans doute jugé coupable. Il ne connaît pas l’accusé, ne sait pas ce qui lui est arrivé, ne connaît pas les conditions de traitements des différents hôpitaux, et il a peur de commettre une erreur en jugeant positivement Billy. Mais, ne doit-on pas s’en référer aux preuves, aux témoignages, au prestige des experts ? Ne sont-ce pas eux qui ont raison, étant donné qu’ils ont étudié le cas pendant un long moment avant de donner leur avis ? Il faut tout de même que cela n’arrive plus, et, à partir du moment où Billy est soigné, cela n’arrive plus.

Ce livre pose aussi la question de la prise en charge des enfants. Une maladie telle que celle de Billy aurait dû être détectée avant. A l’époque, il n’y avait aucun moyen de reconnaître ce genre de maladie, mais son médecin, dans son adolescence, avait détecté quelque chose qu’il n’a pas bien soigné. Aussi, on peut comprendre que Billy ait été dissocié après ce qui lui est arrivé …

J’ai trouvé la fin assez triste, et je compte lire la suite de l’histoire de Billy Milligan dès que possible.

 

Ce livre fait vraiment réfléchir et montre une facette de la vie psychique que l’on ne connaît pas forcément bien. Il nous force à nous poser des questions, nous fait passer par différentes émotions, et, à la fin, on est comme l’auteur, intimement convaincu de « l’innocence » de Billy.

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes