Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Fêtes galantes, Romances sans paroles, précédés de Poèmes saturniens de Verlaine

Classé dans : Avis littéraires — 24 janvier 2014 @ 20 h 58 min

Fêtes galantes, Romances sans paroles, précédes de Poèmes saturniensGenre : Poésie

Editeur : GF-Flammarion

Année de sortie : 2011

Nombre de pages : 189

Synopsis : Figure emblématique du poète maudit, Verlaine chante « sur un mode mineur » une poésie de l’évanescence dévoilant des sentiments toujours en demi-teinte. Littérature, musique et peinture s’entremêlent laissant apparaître, derrière l’amour galant hérité du libertinage, une mélancolie sans raison, la découverte d’un vide et d’un manque intérieur qui traverse toute son œuvre poétique : « C’est bien la pire peine / De ne savoir pourquoi, / Sans amour et sans haine, / Mon cœur a tant de peine ! »

 

Avis : J’adore la poésie ! Et je me demande comment ne pas adorer ! Elle entre en résonance avec nos sentiments, elle fait écho à nos problèmes, à nos désillusions ou à nos bonheurs. Et Verlaine est un très bon poète.

Dans ces trois recueils, les différents types de poèmes sont utilisés dont le sonnet. En se servant de diverses formes, le poète montre la virtuosité de son art. Les rimes se répondent d’une superbe façon, les mots chantent, les sonorités se suivent et se répondent. De plus les thèmes sont la plupart du temps triste, ou parlent de nostalgie, ce qui peut rappeler Baudelaire parfois. Les poèmes glissent, coulent naturellement, et l’on se rend compte du talent de Verlaine. J’aime particulièrement « Chanson d’automne », et le IIIe poème des « Ariettes oubliées ». Les Poèmes saturniens sont plus longs que les deux autres recueils, et c’est aussi celui que j’ai préféré, dans lesquels se trouvent les poèmes précités. 

Je ne sais pas quoi dire de plus à part qu’il faut simplement lire ce genre de recueil si l’on n’a jamais testé. Ils font vivre des émotions uniques, puisque personne n’a la même lecture d’un poème. Et cela donne parfois envie de faire la même chose …  

 

En définitive, un recueil très intéressant, plein de nostalgie, de tristesse et de sentiments, dans lequel on peut parfois se retrouver, et dont on peut garder certaines citations.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes