Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

La princesse du bal de minuit de Jessica Day George

Classé dans : Avis littéraires — 4 janvier 2014 @ 2 h 57 min

Genre : Jeunesse, Fantasy La princesse du bal de minuit

Editeur : Ada Editions

Année de sortie : 2009

Nombre de pages : 310

Synopsis : La princesse Rose est l’aînée de douze sœurs condamnées à danser chaque soir pour le cruel roi Sous Pierre, dans son palais enfoui profondément dans la terre. C’est une malédiction qui hante les jeunes filles depuis leur naissance … et seule la mort pourra les en libérer. C’est alors que Rose rencontre Galen, un jeune soldat devenu jardinier, qui a le même sens de l’aventure et la même détermination qu’elle. Soudain, la liberté commence à sembler un brin moins impossible. Pour vaincre le roi et sa sombre cour, ils auront besoin d’une cape d’invisibilité, d’une chaîne de laine noire tricotée avec des aiguilles en argent enchantées et de l’ingrédient le plus important de tous – le véritable amour. L’heure réinvention de Jessica Day George du Bal des douze princesses montre une fois encore sa maîtrise à créer quelque chose d’entièrement nouveau à partir d’une histoire qu’on pensait connaître.  

 

Avis : Je connaissais l’histoire des douze princesses, de leur malédiction et du bal auquel elles devaient revenir chaque soir. Et encore une fois, cela se passe au temps des rois et des reines, dans un univers merveilleux où les pays n’ont plus les noms qu’on leur connaît. De plus, la couverture m’intriguait, et j’avais hâte de voir ce que l’auteure avait fait de cette histoire fantastique.

Le sujet est très bien traité. On n’entre dans le monde du roi Sous Pierre que quand Galen y parvient, ce qui alimente le suspense, et met le lecteur en attente. Ce livre se lit tout seul, les pages se tournent très facilement, c’est vraiment captivant, même en connaissant l’histoire ; il m’a emporté, comme le précédent. Les lieux sont enchanteurs et on se sent bien rien qu’à les imaginer, surtout la fontaine en forme de cygne et le royaume du roi Sous Pierre, qui fait tout de même frissonner parfois. La quête de Galen est longue, mais, encore une fois, la fin est prévisible. Cela n’enlève rien à la magie du livre, et à l’envie de continuer à lire. Au fur et à mesure qu’un nouvel élément apparaît, on veut avancer de plus en plus vite pour découvrir à quoi cela va servir, ce que cela veut dire. On espère que cela se finira bien. Les bals sont fascinants, et il est dommage qu’on n’ait pas plus de détails sur les bals royaux (pas ceux dans le monde souterrain mais à Westfalin). J’ai vraiment trouvé la transposition de l’histoire originale très intéressante.

Les personnages sont très attachants. Rose est la princesse parfaite, amoureuse d’un roturier sans se l’avouer, courageuse et responsable de ses sœurs. Galen, quant à lui, est l’homme parfait : romantique, courageux lui aussi, prêt à tout pour sauver celle qu’il aime et ses sœurs. Evidemment, ils forment le couple parfait. Lys ne m’a semblé caractérisé que par son amour pour Heinrich ; mêmes certains de ses dons lui viennent de lui. Les autres princesses sont toutes détaillées, pas autant que Rose, mais on les connaît tout de même, et l’on sait ce qui les caractérise. Pavot est une de mes préférées : son nom est original et son extravagance me plaît. Pensée et Pétunia sont très mignonnes (des petites filles royales typiques, faites pour faire fondre le lecteur), Jacinthe est la princesse dévote. Iris et Jonquille, par contre, me semble effacées. Marguerite réprimande souvent sa sœur jumelle. Violette est celle qui a un penchant musical. Elles ont toutes leur caractéristique, ce qui nous permet de les différencier. Je n’arrive pas à me souvenir des noms des deux dernières princesses … Evidemment, les méchant sont très méchants (l’évêque Angier, le roi Sous Pierre et ses douze fils). Les princes qui essaient de sauver les princesses ne sont pas à la hauteur.

Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, les princesses sont entourées de mystères. Et même en la connaissant, on se demande à quoi ressemblent le royaume souterrain, le roi Sous Pierre et ses fils. On se demande pourquoi les princesses sont maudites exactement, comment elles peuvent s’en sortir (parce qu’honnêtement, on ne voit pas trop) et ce qui leur arrivera finalement.

La fin est très prévisible, mais on est tout de même contents que cela se passe comme ça. Une surprise arrive dans le dernier chapitre !

 

En fin de compte, j’ai beaucoup aimé ce livre, et j’ai hâte de lire la suite de la saga qui, au vue du premier chapitre du second tome inclus dans le premier, me semble intéressant.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes