Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Tous les matins du monde de Pascal Quignard

Classé dans : Avis littéraires — 22 décembre 2013 @ 14 h 50 min

Tous les matins du mondeGenre : Contemporaine, Drame

Editeur : Folio

Année de sortie : 1993

Nombre de pages : 116

Synopsis : « Il poussa la porte qui donnait la balustrade et le jardin de derrière et il vit soudain l’ombre de sa femme morte qui se tenait à ses côtés. Ils marchèrent sur la pelouse. Il se prit à nouveau à pleurer doucement. Ils allèrent jusqu’à la barque. L’ombre de Madame de Sainte Colombe monta dans la barque blanche tandis qu’il en retenait le bord et la maintenait près de la rive. Elle avait retroussé sa robe pour poser le pied sur le plancher humide de la barque. Il se redressa. Les larmes glissaient sur ses joues. Il murmura : _Je ne sais comment dire : Douze ans ont passé mais les draps de notre lit ne sont pas encore froids. »

 

Avis : Je connaissais ce livre sans vraiment savoir de quoi il parlait, quand cela se passait, si j’allais aimer. Il m’a été prêté. Et je dois dire que je suis assez  sceptique.

Je ne peux pas dire que j’ai aimé ce livre. Il ne m’a pas fait ressentir grand-chose à part de la pitié pour Madeleine et de la haine pour Marin, de la tristesse face à l’histoire de Monsieur de Sainte-Colombe et de sa femme, mais tout cela très superficiellement. Il m’a laissé froide. Je n’ai pas vu de réelles actions dans le livre. Je n’y suis pas du tout entrée. De plus, je trouve l’histoire très condensée, peut-être un peu trop. Je n’ai pas réussi à apprécier le traitement de la musique et comment elle doit être écoutée.

Les personnages ne m’ont pas paru attachants. Madeleine est trop effacée,  Marin n’est pas le genre de personnages que j’apprécie. Toinette m’a déçue, Monsieur de Sainte Colombe est trop extrême. Le seul qui m’ait plu est celui de Madame de Sainte Colombe, que l’on ne connaît absolument pas.

La chronologie est assez compliquée à suivre. On passe des jours, des semaines, et même des années sans le savoir. J’ai un peu perdu le fil. Certains personnages font leur entrée, disparaissent, reparaissent plus loin sans qu’on se souvienne d’eux.

Ce livre peut nous montrer la vie de reclus de la société qui ont décidé de s’exclure eux-mêmes, des raisons pour lesquelles ils le font, de la vie loin de Versailles, loin des palais et de la cour. Le sujet est très intéressant, mais le style de l’auteur ne m’a pas permis d’entrer dedans. C’est froid, il y a très peu de dialogues. J’ai retenu quelques jolies expressions, mais la noirceur générale de l’œuvre ne m’a pas plu. Rien n’est approfondi, aucun détail n’est donné.

 

En définitive, un livre que je n’ai pas réussi à apprécier, qui ne m’a pas fait ressentir grand-chose. Le sujet reste intéressant, et je pense qu’il peut tout de même plaire à ceux qui font abstraction du style et de la brièveté du livre.

Challenge des 100 livres à lire au moins une fois

2 commentaires »

  1. Bianca dit :

    Je n’ai pas aimé non plus ce livre alors que le film m’avait beaucoup plu, je me suis ennuyée et heureusement qu’il était court sinon je l’aurai abandonné !

    • redbluemoon dit :

      Je ne savais pas qu’il y avait un film, mais s’il est différent du livre, peut-être que je le regarderai ! J’avoue que ça ne me donne pas très envie vu le livre …

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes