Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Deux sœurs pour un roi de Philippa Gregory

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur — 27 septembre 2013 @ 21 h 09 min

Deux sœurs pour un roi de Philippa Gregory dans Avis littéraires couv3182994-181x300Genre : Historique

Editeur : Archipoche

Année de sortie : 2009

Nombre de pages : 660

Synopsis : « Je serai sombre, française, à la mode et difficile; vous serez douce, ouverte, anglaise et belle. Quelle paire nous formerons ! Quel homme pourra nous résister ? » Tels sont les premiers mots prononcés par Anne Boleyn à l’endroit de sa sœur Marie quand elle la rejoint en 1522, à la cour d’Angleterre. Introduite au palais de Westminster, à l’âge de 14 ans, Marie Boleyn séduit le roi Henri VIII auquel elle donnera deux enfants. D’abord éblouie par le souverain, elle comprend qu’elle sert d’appât au milieu des complots dynastiques. Quand l’intérêt du roi pour elle s’émousse, Anne est chargée de le séduire à son tour. Désir, haine, ambitions, trahisons … Se déroulant sur quinze ans, cette fresque historique, racontée à la première personne par Marie Boleyn, dépeint les rivalités au sein de la dynastie des Tudor. Une histoire qui se terminera dans le sang …

 

Avis : J’ai toujours aimé le temps des rois, et surtout la cour d’Angleterre. Cette couverture me faisait déjà rêvée. Elle montre déjà la prédominance d’Anne sur les deux autres personnages, Marie et le roi Henri VIII. Je pensais que je n’aimerai pas cette femme, réputée égoïste et capricieuse, et que je lui préférerai sans aucun doute Marie.

Tout en aimant le monde de la cour et des rois, je savais qu’il était empli de rumeurs, de trahisons, de coups bas, et de rivalités, même fraternelles. Mais je ne m’attendais pas vraiment à ce que j’ai lu. Comment est-ce possible de négliger à ce point sa vie pour quelque chose qui ne nous rendra pas heureux ? Pourquoi tout miser sur les honneurs et laisser de côté l’Amour, si important pour les trois Boleyn ? Ce livre est très bien écrit, et très réaliste. On imagine très bien les scènes qui se présentent à nos yeux, les pièces, les paysages, les gestes et les expressions, et on aimerait y être pour rencontrer les personnages, qui n’en sont pas vraiment puisqu’ils ont vraiment existé ! On est emporté par la passion qui transporte les Boleyn, passion qu’ils refoulent ou qu’ils laissent courir, haine et amour, désirs et ambitions, mariages, femmes diverses et différentes … La cour est un tableau complexe et passionnant, qui m’a donné envie de faire des recherches sur cette vie à l’apparence magnifique, mais en réalité simplement couverte d’un voile de richesses derrière lequel se passent des choses étranges, que l’on découvre avec étonnement, indignation ou résignation. Ce livre nous fait passer par toutes les émotions, que ce soit à propos des personnages, de leurs actes, de leurs paroles ou de quoi que ce soit d’autre. L’intrigue est tellement passionnante, et rendue encore plus captivante par la réalité des faits, que l’on ne peut plus s’empêcher de tourner les pages, on ne fait même pas attention à notre avancée dans le livre ! Il nous fait tout oublier, et cela fait vraiment du bien !

Les personnages sont donc très divers et complexes. Je commencerai par Marie, héroïne oubliée par l’Histoire et remise à l’honneur par Philippa Gregory. Elle est tellement touchante ! Elle est naïve sans jamais être agaçante : elle ne connait pas les intrigues de la cour parce qu’elle voit encore le monde avec les yeux d’une jeune fille de 14 ans, l’âge auquel elle devint la maîtresse du roi, poussée par sa famille avide de pouvoir. Elle n’était qu’un jouet, un objet entre les mains de son oncle, une marionnette que sa famille utilise pour avoir des faveurs, des titres, des terres … J’ai souvent compati à ses malheurs, j’ai souvent maudit Anne de lui voler le roi, de tout lui voler et de toujours se servir d’elle, mais, finalement, il valait mieux que le roi ne la prenne pas pour femme … Elle a été heureuse dans son malheur, et a finalement pu devenir qui elle voulait. Elle est passée de la « putain » du roi à une femme relativement indépendante. Elle est vraiment courageuse, elle évolue beaucoup tout le long du livre et on ne peut s’empêcher d’apprécier la façon dont elle grandit : elle prend conscience de certaines choses, elle n’est pas comme les autres femmes et elle finit par sortir du lot dans le bon sens du terme. Elle n’est pas comme les autres courtisans, elle voit clair dans le jeu des personnages qui virevoltent autour d’elle, le sourire aux lèvres, et des larmes dans les yeux. Elle voudrait rester pure, alors qu’elle a été salie par sa famille. Je me suis beaucoup attachée à elle, et elle restera longtemps dans mes souvenirs. Venons-en à Anne : je n’ai pas pu m’empêcher de la détester dès le début du livre. Elle marche sur sa sœur, lui vole tout ce qu’elle possède, la méprise au plus haut point. Et pourtant, il semble qu’elle l’aime vraiment, plus que tout, comme son « autre [elle]-même ». Elle est rongée par son obsession de l’ambition, mais elle ne peut pas s’empêcher de se rendre compte qu’elle passe à côté de quelque chose : Henri Percy, l’amour de sa famille, de George et de Marie, sa vie … Parfois, sa carapace se fissure, et l’on voit le véritable visage de Anne, reine d’Angleterre. Elle est capricieuse, agaçante, et même insupportable, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir pitié d’elle et de l’aimer aussi, un petit peu. Elle m’a touchée elle aussi, comme sa sœur. En apparence, elle est forte, courageuse et déterminée, mais au fond, elle est désabusée, craintive et désespérée. Elle n’a pas choisi sa vie, et elle ne la choisît jamais. Son souvenir me hantera aussi, quand je pense à sa fin … George, quant à lui, m’a paru tellement irréprochable au début, que je me suis demandée comment il avait pu faire ce qu’il a fait … J’ai beaucoup aimé ce personnage, le seul qui réussit à faire sourire ses sœurs, mais aussi celui qui les escorte vers la chambre du roi, qui les pousse à faire certaines choses et pas d’autres … Au début, pour moi, il n’avait commis aucun crime, mais avec sa sœur … C’est normal qu’ils soient proches mais là … Le roi, lui, est le pire égoïste que j’ai vu de toute ma vie. Il ne pense qu’à son bonheur, et il n’est jamais satisfait : il change de femme comme de chemise, les prend et les jette comme des malpropres, les fait paraitre au tribunal pour des raisons complètement absurdes (et le pire, c’est que tout le monde s’en rend compte et ne dit rien !). J’ai été un peu choquée par la facilité qu’a eu le roi à faire tout ce qu’il voulait sans rencontrer aucun problème. Sous son regard, personne ne peut se cacher, et personne ne peut se défendre, même s’il est innocent, puisque qu’Henri se détourne et n’ose pas regarder ce qu’il fait en face. Enfin, Jane Parker m’a dégoûté à un point … Elle incarne tout ce qu’il y a de plus vile et de plus abject à la cour ! Elle ne mérite pas que j’en dise plus. Et Catherine, reine parfaite détrônée par la femme au « B » … Son histoire m’a vraiment attristée, j’avais pitié d’elle, et je me demandai comment un roi peut renvoyer une femme aussi vertueuse et aimante !

Dans ce roman, le début augure la fin, et même quand on la connait, on ne peut pas s’empêcher d’espérer que tout finira différemment, que le couvent est possible, que l’exil n’est pas si mal. On a presque envie de crier à Anne de prendre son temps, d’attendre, de faire diversion. Elle qui voulait devenir reine et dont le mariage avec le roi, aboutissement de tout ce qu’elle recherchait, ne prend que quelques lignes, finit sa vie comme une malpropre, et pourtant aimée d’un peuple qui la détestait.

Je dois avouer que certaines scènes sont choquantes : le monstre est affreux, mais on ne peut pas s’empêcher de l’imaginer, les accouchements font frissonner, les fausses couches aussi. Lorsque Marie explique à sa sœur comment séduire le roi, on a envie de la secouer pour lui faire réaliser ce qu’elle dit ! Certaines paroles anodines choquent par leur intensité et la révélation contenue dans si peu de mots. D’autres scènes semblent parfaites et nous donnent envie d’être avec eux. Les bals devaient être merveilleux, même si une femme est souvent malheureuse car délaissée par le roi.

 

En définitive, un livre exceptionnel, riche et réaliste, qui me donne envie de lire la suite de la saga des Tudor et de me renseigner encore sur l’histoire d’Henri VIII, de ses épouses, et des Boleyn. Sans aucun doute, l’un de mes livres préférés ! Je vous le conseille vivement !!         

18 commentaires »

  1. Lalibrosphere dit :

    Vu que ce tu m’as raconté et la belle chronique tu as écrit, je vais me laisser tenter ! :)

    • redbluemoon dit :

      Tu as bien raison !! C’est vraiment super ! Par contre, je ne te cache pas que tu risques de te sentir mal parfois quand tu vas le lire, parce que les émotions passent tellement bien que tu te mets à la place des personnages et que tu te sens mal pour eux …

  2. seni dit :

    Je trouve que le livre est plutot interressant et je trouve ton analyse pertinente. Après le seul hic est qu’il y a trop d’incohérence historique: Anne Boleyn n’a jamais eu d’inceste,et Mary n’étaiot qu’une conquête du soir pour cet abruti d’Henry. Mais bon après c’est le livre de l’auteur et il a le droit de prendre quelques libertés comme celles-çi!
    Mais est ce que tu as lu tous les livres de Philippa Gregory et si oui est ce que tu nous les conseilles tous?
    Continue de bien analyser les livres :)

    • redbluemoon dit :

      Ton commentaire me touche, j’adore faire ces chroniques, analyser les différents aspects des livres et donner envie de les lire à d’autres personnes ! Il est vrai qu’il peut y avoir des incohérences historiques ; mais c’est un roman historique, et non une biographie, donc on peut se dire que l’auteur peut prendre certaines libertés, en effet :)
      J’ai lu deux autres livres de Philippa Gregory, L’héritage Boleyn et The Constant Princess ; ils sont tous les deux excellents, et j’ai hâte de lire les autres tomes de la saga Tudor, ainsi que les autres livres écrits par l’auteur, notamment ceux qui concernent La Guerre des deux Roses. Je te conseille ceux que j’ai lus, et te conseillerais sans doute les autres !!
      Merci beaucoup !! :D

      • seni dit :

        Ca me touche que ton commentaire me touche- si si je connais les synonymes-, par contre je ne me rapelle plus si dans le livre Anne Boleyn reste forte durant son exécution comme dans sa vraie vie ou si elle se met à pleurer comme dans le film.
        En tout cas j’espère qu’il y aura d’autres adaptations cinématographiques de cette auteure qui est talentueuse!
        :)

  3. seni dit :

    Rebonjour c’est moi!
    Poussée par ta critique de deux soeurs pour un roi… Que je n’ai pas fini tant que cela m’a exaspéré. Si tu aime ce livre pas de problème et je te respecterai et te comprendrai car le monde est vaste et heureusement que nous avons des opinions différents.
    Donc je vais expliquer pourquoi ce livre m’a énervé. Tout d’abord j’avais dit que Gregory avait le droit de prendre des libertés vu que c’était une fiction. Mais celle-çi explique que pratiquement tout est vrai la dedans par interview. Alors qu’elle sait qu’au fond c’est faux. Cela s’appelle prendre ses lecteurs pour des imbéciles malgré tout le respect que je lui dois car je sais que style d’écriture est excellent est qu’écrire un livre n’est pas une chose aisée . En fait je m’explique: elle dit que Mary Boleyn a été vierge avant sa relation avec Henry. Or tout le monde sait qu’elle a été la maitresse de François Ier.
    Madame Gregory pretend être une féministe mais je crois qu’elle a du mal avec les filles libertines comme dans l’Héritage Boleyn ou elle condamne l’attitude des filles qui au fond au début du roman ne font que profiter des garçons de leur age -alors que au fond ça n’a rien de mal tant qu’elles aient prit conscience de leurs corps- et a fait de Mary Boleyn celle qu’elle admirait une vierge. Pour une feministe du XXI ème siècle, franchement… On se croirait au XVI ème siècle.
    Ensuite la calomnie gratuite vis à vis de Anne Boleyn m’a choquée. Ou est la Anne Boleyn charitable , qui a bon coeur , loyale envers ses amis, ses points de vues intelligent, son feminisme, le fait que ayant vu Mary Boleyn en disgrace et décidée de ne pas ceder à un homme sans se marier et qui aimait Elizabeth du plus profond de son cœur, contre les inquisitions. Elle avait des défauts c’est sure: trop ambitieuse, pouvait être impitoyable , disait trop de choses qu’elle ne pensait pas et qu’il ne fallait pas dire comme lorsqu’elle disait qu’elle allait tuer Mary Tudor mais elle ne le pensait pas. Et i ll’y avait aucune preuve qu’elle avait tenté d’empoisonné Fisher. Sauf que Gregory dit que Anne était clairement coupable de meurtre et éventuellement d’inceste. Elle la calomnie pour rien, tord les bonnes actions qu’ »elle fait et pas mal de lecteurs pensent qu’elle était comme ça dans la vrai vie à cause des déclarations de Gregory. Ok, ce n’était pas un ange, et c’est sur que ça n’aurait pas été réaliste mais là c’est trop…
    Et Katherine d’Aragon est vu comme un sainte selon Philippa Gregory. C’était une reine remarquable je ne dis pas le contraire mais elle était un peu fanatique et a laisse brulé quelques hérétiques bien qu’elle ait été éduquée comme ça et était un peu trop fière de son statut selon certains. Je sais que l’auteur adore Katherine d’Aragon mais ça se voit trop. Et certains dont moi pense que si elle déteste autant Anne est que Katherine d’Aragon est sa reine préférée. Sauf que ça se voit trop car à chaque tome des Tudors on nous cite les louanges de la reine espagnole et on traite souvent Anne de putain. En tant qu’historienne -elle se prétend l’être- elle devrait être un peu plus objective. Je ne pouvais pas supporter le fait que Mary soit un ange virginal à la recherche de l’amour j’avais envie de la baffer. Je pense que la Mary Boleyn de la réalité aurait été plus intéressante malheureuse dans ce monde de matchisme ou la virginité est importante pour les femmes mais pas pour les hommes.
    J’ai remarqué d’ailleurs que Gregory avait un certains problème avec les filles Boleyn les dépendant soit comme vicieuse, ou écervelée ( comme Katherine Howard) et parfois les deux(Elizabeth I oui, oui la Elizabeth) tandis que celle d’Aragon comme Mary et Katherine non. Le message en ait dérangeant : vous ferez les mêmes erreurs ou vous aurez les mêmes vertus de vos ancetres même si vous avez eu une éducation différente ou des évènements différents . Le pire est qu’elle essaie de persuader le lecteur que pratiquement tout est vrai. Aussi, Katherine d’Aragon ferme les yeux sur les infidélités de son mari et PG (Philippa Gregory)loue cela. Anne Boleyn fait une crise quand elle lui découvre des infidélités son attitude est mal vue. Cependant Anne avait raison, elle est censée lui être fidèle mais lui peut ne pas l’être. C’est injuste et matchiste et cela démontre qu’elle est vraiment en avance sur son temps. Mais ici c’est mal vue.
    Bon je vais comme même faire des points positifs: excellent style d’écriture :) et le fait que Mary Boleyn quitte la cour ou elle était bien nourrie comme une noble et rejoint Stafford en dépit de sa pauvreté par amour, défiant les conventions, et subit une vie insupportable de paysannerie( qui était très dur déjà pour les habitués pauvres , alors une noble)m’a fait plaisir et j’ai reconnu la Mary Boleyn historique que j’admirai, et c’était une véritable preuve de féminisme.
    Encore une fois je respecte tes gouts et j’ai trouvé ta critique argumentée
    Allez bye
    :)

    • seni dit :

      Ah et désolée j ‘avais oubliée d’ajouter un truc. C’est dommage car l’histoire était très plaisante et ça aurait mieux marchée pour moi, si tout était fictif et que les personnages auraient été inventée car les méchants qu’elle avait représentées en Henry VIII et Anne Boleyn aurait pu être très interressantes et l’histoire n’aurait été que plus plaisante.

      • redbluemoon dit :

        Coucou !
        Ah oui, en effet, tu n’as pas du tout aimé xD à chaque fois que je lis un livre, même si c’est très éloigné de la réalité, j’essaie d’y croire du début à la fin ; c’est ce qui m’a permis d’adorer ce livre. Je ne savais pas que l’auteur disait que tout était vrai ; c’est vrai que c’est dérangeant si ça ne l’est pas. Je continuerai quand même à lire Philippa Gregory, j’aime sa façon de raconter, et j’apprends des choses que je ne savais pas sur l’histoire de l’Angleterre !
        J’espère que tu feras de bonnes lectures après celle-ci ! :D

        • seni22 dit :

          Coucou!
          En fait je crois que j ‘aurais été plus indulgente envers le roman si Philippa Gregory nous avait dit qu’elle avait pris beaucoup de libertés au lieu de raconter que tout était vrai. Résultats a cause ce qu’elle a dit pas mal de gens croient que Anne a couché avec son frère et était violente gratuitement. En fait le malaise était qu’elle a quelque part calomnié les morts et j’était un petit peu en colère. :( Je crois sincèrement qu’elle est cultivée et très sympathique mais qu’elle se laisse emporter dans sa passion et rend les personnages historique qu’elle adore comme Katherine d’Aragon parfait et ceux qu’elle aime pas comme Anne Boleyn mauvais
          Mais il n’empêche que j’ai aimé deux de ses livres et que même si je n’ai pas totalement aimé certains livres de la guerre des deux roses j’ai beaucoup appris et cela m’a obligé à faire des recherche sur les personnages historiques
          Du coup quelque part elle a ravivé l’interet de l’histoire et a rendu de simples persos feminins de lh’histoire lambda très interressants ( comme la mère de Henry VII,etc…)
          Ce sont des qualités qu’on ne peut pas nier
          Mais c’est vrai qu’elle a une bonne façon de raconter et j’ai tout même adorée deux de ses livres!
          :)

          • seni dit :

            Ah et sinon pour voir toutes les incohérences historiques car il y en avait énormément tape anne boleyn files the other boleyn girl. C’est un site ou on voit objectivement son portrait et même ceux des autres épouses!
            :)

          • redbluemoon dit :

            Coucou !
            Oui, je comprends que ça t’ait énervé, j’aurais sans doute réagi de la même façon en le sachant ! C’est vrai qu’elle a ravivé l’intérêt des gens pour l’histoire, qui la trouvait poussiéreuse ou peu intéressante, et elle a mis à l’honneur les femmes, ce qui n’est pas le cas quand on parle d’histoire souvent !
            Je n’ai pas encore lu The Cousins’ War, mais ça ne va sans doute pas tarder ! J’aimerai aussi lire les autres romans de la saga Tudor, ainsi que le nouveau livre que Philippa Gregory a sorti cette année !
            Merci pour le site, j’irai voir !
            Bonnes lectures !!

          • seni dit :

            Recoucou!
            J’ai hâte de voir de ce que tu auras pensé de cet article du site!
            Philippa Gregory a encore sorti un livre cette année? On devrait l’appeler celle qui écrit plus vite que son ombre ;)

          • redbluemoon dit :

            Oui xD elle a écrit Three Sisters Three Queens, à propos des sœurs d’Henry VIII et de Katherine d’Aragon :)

          • seni dit :

            XD Hate de lire cette histoire des soeurs d’Henry VIII , par contre j’espère qu’il n’y aura pas le refrain de Katherine d’Aragon la sainte et Anne Boleyn la putain parce que ça commence à bien faire XD
            Ps Je te conseille de voir la serie des cousin’s wars en serie The White Queen c’est plus interressant car on voit un peu plus Isabelle Neville et ça résume les livres de the king’s maker daughter, la reine clandestine et la reine rouge, et c’est vraiment pas mal sauf un seul moment ou j’ai pas trop apprécié mais le reste pas mal du tout! Ca vaut le coup de le voir!

          • redbluemoon dit :

            J’espère aussi que ce ne sera pas comme ça du coup xD
            Je vais d’abord lire les livres quand même, et je regarderai ensuite :) merci pour la suggestion !

          • seni dit :

            De rien! :)
            Oh mais t’inquiètes pas, c’est juste mon impression pour Katherine d’Aragon et Anne Boleyn si ça te plait il n’ y a pas de problème! :)
            C’est juste que j’aimerais bien les défauts de Katherine d’Aragon chez Philippa Gregory comme son fanatisme, son attachement à un homme indifférent car je suis sure que ça sera très bien. Mais avec un peu de chance Gregory aura pris en compte les critiques négatives et l’aura amélioré dans three sisters three queens!!
            D’ailleurs elle a grandement amélioré le caratère de Elizabeth Woodville qui ressemblait à Anne Boleyn sur certains points donc j’en déduis qu’elle a pris en compte les remarques!!
            Allez longue à la reine des livres Gregory!! :)

          • redbluemoon dit :

            Oui, espérons !! Je lirai Three Sisters Three Queens pour vérifier :P
            Je trouve ses livres si intéressants, j’en apprends tellement, et l’ambiance est bien rendue je trouve !
            Hâte de lire ses prochaines œuvres ! :D

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes