Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Chroniques des Enchanteurs, T. 1 : 16 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl

Classé dans : Avis littéraires — 1 mai 2013 @ 12 h 47 min

Genre : Fantastique, JeunesseChroniques des Enchanteurs, T. 1 : 16 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl dans Avis littéraires couv71244509-185x300

Editeur : Hachette, Black Moon

Année de sortie : 2010

Nombre de pages : 635

Synopsis : « J’ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je puisse la sauver. Je me savais lié à elle d’une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os au lycée de Gatlin, notre petite bourgade du Sud des Etats-Unis. Elle était belle et mystérieuse. Si j’avais su qu’en même temps que cette fille surgirait aussi une malédiction … J’étais éperdument amoureux, mais cet amour était perdu d’avance. » L’amour est-il plus fort que le destin ?

 

Avis : Ce livre a longtemps traîné sur mon étagère. J’avais été attirée par la couverture, mais j’avais peur d’être déçue par l’histoire. Finalement, je l’ai lu il y a deux ans, et j’ai vraiment adoré. Le début m’avait semblé long, mais, par la suite, j’étais vraiment entrée dans l’histoire et je n’arrivais plus à m’arrêter de lire. J’avais mis une semaine à lire le début, et, partir du cercle Sanguinis, deux jours pour lire tout le reste tellement j’étais dedans ! Etant donné que je n’ai eu que très récemment les deux derniers tomes, je me suis dit qu’il faudrait que je relise l’intégralité de la saga ; comme j’avais aimé, ça ne me posait pas de problème.

J’aime le style d’écriture. Je trouve que la narration à la première personne est un très bon moyen pour nous faire rentrer dans l’histoire dès le début. On a vraiment l’impression d’y être.

J’ai beaucoup aimé imaginer les différents lieux arpentés par Lena et Ethan : Ravenwood Manor, Greenbrier, la bibliothèque, le lycée. Contrairement à certains autres livres, il y a juste assez de détails pour se représenter les lieux correctement : il n’y en a ni trop, ni pas assez. On voit que les auteures avaient une idée précise des lieux, comme si elles les avaient déjà vu (peut-être est-ce le cas). En tout cas, cela rend l’histoire plus réelle.

Le schéma de l’histoire est un peu complexe : suis-moi, je te fuis ; fuis-moi, je te suis. La première fois, les allers et retours des personnages ne m’ont pas gêné ; là, j’ai trouvé qu’il y en avait beaucoup, et j’ai trouvé certaines scènes étranges parce que pas totalement cohérentes. Mais cela n’enlève rien au plaisir que j’ai pris à lire ce livre !

Je trouve très originale l’idée d’Enchanteurs voués aux Ténèbres ou à la Lumière, tout comme l’idée de la malédiction et des yeux de différentes couleurs. L’idée du Kelting est excellente ! Je ne me souviens pas avoir lu de livre semblable à celui-là, on peut dire que son histoire est unique, elle ne ressemble à aucune autre. Par contre le schéma narratif m’a légèrement fait penser à Twilight, sauf que les rôles sont inversés : elle est attirée, mais elle doit le fuir, elle est avec lui, elle le quitte pour revenir ensuite parce qu’elle ne peut pas vivre sans lui. Ce qui est bien, c’est que seul cela ressemble à une œuvre déjà créée, rien d’autre (à part le nom de Boo Radley, mais c’est dit dans le livre).

J’ai beaucoup aimé les personnages de Lena et d’Ethan, mais également celui de Macon. Il est très mystérieux, on ne sait pas tout de lui, et je trouve que son statut d’Incube lui va très bien. Il donne envie d’en apprendre plus sur lui. J’ai aussi aimé son chien, protecteur de Lena, même s’il a l’air de faire peur. Les Enchanteurs sont également de bons personnages : leurs pouvoirs leur sont propres, ce qui les rend uniques. On aimerait en avoir certains dans notre famille, comme Tante Del, Bonne Maman, Reece ou Ryan, et on aimerait en éviter d’autres à tout prix, comme Larkin et Ridley. Amma est un personnage complexe que j’ai également apprécié. Les habitants de Gatlin sont comme tout habitant d’une petite ville.

J’ai aimé l’espèce de cours d’histoire dispensé par le livre : on apprend quelques informations sur la Guerre de Sécession que, personnellement, je ne connais pas très bien. Je ne savais pas que le Sud voyait la fin de la Guerre de cette manière, ni le Nord de cette façon. Par contre, je me demande s’il y a vraiment reconstitution de la bataille de Honey Hill (qui existe vraiment, j’ai vérifié !)

La fin du livre m’a vraiment étonnée et attristée … Je me suis dit : « Non, pas possible … ». Et c’est lorsqu’on est touché par la fin, lorsqu’on se rend compte qu’on s’est attaché aux personnages, que l’on peut dire que c’est un bon roman, parce qu’il nous procure des émotions différentes. Certains livres ne nous font rien quand nous les lisons : celui-là nous emmène ailleurs, nous fait partager la vie des personnages, nous rend joyeux ou triste.

 

En définitive, un roman fantastique que j’ai vraiment beaucoup aimé, peut-être un peu moins à la relecture, mais qui fait tout de même partie de mes préférés !

 


Un commentaire »

  1. Avryle dit :

    Merci pour cette chronique qui me donne du coup très envie de commencer cette saga!

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes