Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Antéchrista d’Amélie Nothomb

Classé dans : Avis littéraires — 1 janvier 2013 @ 22 h 56 min

Antéchrista d'Amélie Nothomb  dans Avis littéraires couv33159011-192x300Genre : Contemporaine

Editeur : Albin Michel

Année de sortie : 2003

Nombre de pages : 160

Synopsis : « J’avais seize ans. Je ne possédais rien, ni biens matériels, ni confort spirituel. Je n’avais pas d’ami, pas d’amour, je n’avais rien vécu. Je n’avais pas d’idée, je n’étais pas sûre d’avoir une âme. Mon corps, c’était tout ce que j’avais. »

 

Avis : Ce deuxième livre d’Amélie Nothomb m’a, comme le premier, été conseillé. Je n’étais pas convaincue par le synopsis : j’avais eu des échos de livres qui traitaient de ce sujet : certains les jugeaient difficiles à lire car trop cruels. Il est vrai que le début dans la chambre ne présage rien de bon. Cette scène m’a un peu mise mal à l’aise. Je me suis mise à la place de Blanche, dans cette situation, et je me suis dit que jamais je n’aurais réagi comme ça. En réalité, il est assez dur de se mettre dans la peau de la jeune fille, parce que beaucoup n’ont jamais éprouvé ce qu’elle ressent, et n’ont jamais vécu ce qu’elle a vécu, à savoir sa solitude absolue. Les sentiments qu’elle a par la suite, tous les auraient sûrement eu, mais ses premières réactions sont celles de quelqu’un de trop isolé. Personnellement, je ne pense pas que j’aurais agi comme elle. Elle ne se défend jamais : il y a très peu de personnes qui réagirait de cette façon.

Malgré cette difficulté d’identification, on compatit facilement aux problèmes de Blanche et on déteste Christa, qui porte très bien son surnom d’Antéchrista. Il est intéressant de découvrir deux facettes aussi différentes chez une personne jugée charismatique ; c’est presque de la schizophrénie tellement elle ment bien et tellement elle va loin dans ses mensonges. Concernant Blanche : elle correspond au stéréotype de l’adolescente tourmentée, qui n’a jamais connu l’amour dans aucun domaine et cherche son identité. Christa ne peut l’approcher que parce qu’elle est malheureuse. Le pire dans tout ça, c’est qu’il existe effectivement des gens comme elle, trop seule et trop facilement manipulable, la victime parfaite, ainsi que des gens comme Christa, d’apparence trop bonne et finalement de vraies pestes manipulatrices, qui savent tourner toutes les situations à leur avantage et se faire aimer de tous malgré leur véritable nature.

J’aime beaucoup les débuts d’Amélie Nothomb : on entre tout de suite dans l’histoire, le livre n’a aucune longueur, il n’y a pas d’attente pour plonger dans le monde imaginé par l’auteur. Dans certains autres livres, il faut parfois attendre une centaine de pages pour que l’action commence ! Les situations in medias res sont beaucoup mieux. Il est vrai que parfois, on a du mal parce qu’on ne connait pas les personnages (on apprend le nom de famille de l’héroïne bien après le début !), ni les lieux, ni ce qu’il s’est passé avant, mais, grâce à cela, je trouve que l’on se plonge plus facilement dans l’histoire et que, finalement, les informations que l’on n’a pas ne sont pas si importantes que ça. Bien sûr, tout cela n’est vrai qu’avec certains livres comme celui-ci ; ce début ne convient pas à tous les types d’histoires.

Je trouve vraiment la fin tragique. C’est vraiment horrible d’être à ce point influencé par quelqu’un malgré soi. En fin de compte, Christa gagne quand même … Cette fin me donne envie d’imaginer la suite. Je me demande si Blanche a réussi à s’en sortir, ou si elle a repris contact avec Christa. A bien y réfléchir, cette fin est assez frustrante !


Un très bon deuxième livre. Je prendrais sans doute plaisir à lire les suivants.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes