Redbluemoon

I found myself in Wonderland.

Inventaire

Classé dans : Avis littéraires — 21 janvier, 2017 @ 12:45

Petit inventaire pour vous faciliter la tâche ! (J’ai une chaîne YouTube, si cela vous intéresse : Redbluemoon ; j’ai aussi une page Facebook : Redbluemoon, blogueuse littéraire, et Instagram : red_bluemoon !)

 Alors, ce ne sont pas tous les livres que j’ai lus, mais seulement tous ceux que j’ai chroniqués, parce que j’ai beaucoup lu avant de commencer ce blog ! Donc, je ne mets ici que les livres sur lesquels j’ai écrit un article ! Les différents tomes des séries sont cités dans l’ordre ! Je vous souhaite une bonne visite, de bonnes lectures, et n’hésitez pas à me dire si vous constatez des problèmes !

Je vous ai mis les titres des livres en VO et en français, histoire que vous puissiez choisir la version que vous voulez !! 

Vous trouverez, à la fin de cet inventaire, une catégorie « Relectures » : ces articles sont une sorte d’update, ou de remarques ajoutées par rapport à la chronique complète !

A

ADAM, Olivier : Je vais bien, ne t’en fais pas

AGUS, Milena : Mal de pierres (Mal di pietre)

ALAIN-FOURNIER : Le Grand Meaulnes 

ALCOTT, Louisa May Little Women (Les Quatre filles du Dr. March)

ALEXAKIS, Vassilis : Le premier mot

ALIGHIERI, Dante : La Divine Comédie (Divina Commedia)

ALPHEN, Pauline Les EveilleursSalicande (tome 1)

ANONYME : Le Roman d’AlexandreLe Roman de Merlin

APOLLINAIRE, Guillaume : Alcools ; Calligrammes

ARASSE, Daniel : Histoires de peintures

ARIKAWA, Hiro Library Wars (Toshokan Senso) : Conflits (tome 1) (Toshokan Senso), Troubles (tome 2) (Toshokan Nairan), Crises (tome 3) (Toshokan Kiki), Révolution (tome 4) (Toshokan Kakumei)

ASHER, Jay : Thirteen Reasons Why (Treize raisons)

ASSOULINE, Pierre : Lutetia

ATWOOD, Margaret : Alias Grace (Captive) ; Stone Mattress (Neuf contes) ; The Handmaid’s Tale (La servante écarlate) ; The Penelopiad (L’Odyssée de Pénélope)

AUBRAC, Lucie : Ils partiront dans l’ivresse

AUSTEN, Jane : Pride and Prejudice  (Orgueil et préjugés) ; Sense and Sensibility (Raison et sentiments)

B

BACQUE, Pascal La Guerre de la terre et des hommes

BAILLY, Samantha : Ce qui nous lie

BALZAC, Honoré de : La Fille aux yeux d’or ; La Vendetta ; Le Colonel ChabertLe Cousin Pons

BARDUGO, Leigh : Wonder Woman: Warbringer (même titre en français)

BARJAVEL, René La Nuit des temps

BARKER, Nicola : H(A)PPY

BARRIE, J. M. : Peter Pan

BARTHES, Roland : Fragments d’un discours amoureux ; L’Empire des signes Sur Racine

BAUDELAIRE, Charles : Le Spleen de Paris 

BAUM, L. Frank : The Wizard of Oz (Le magicien d’Oz)

BEAUVOIR, Simone de : Le deuxième sexe 1 2Mémoires d’une jeune fille rangée

BECHDEL, Alison : Fun Home: A Family Tragicomic (Fun Home : une tragicomédie familiale)

BECKETT, Samuel : En attendant Godot

BECKFORD, William : Vathek

BECTON, Jennifer : Charlotte Collins

BEIGBEDER, Frédéric : Oona et Salinger ; Un roman français Windows on the World

BENNETT, Alan : La Reine des lectrices (The Uncommon Reader)

BENNETT, Sophia : Sœurs pour la vie (The Look)

BERN, Stéphane : Secrets d’Histoire : 1 2 3 

BERTHOUD, Ella et ELDERKIN Susan : The Novel Cure: An A-Z of Literary Remedies (Remèdes littéraires : Se soigner par les livres)

BIANU, Zéno : Poèmes à dire 

BIVALD, Katarina : La Bibliothèque des cœurs cabossés (Läsarna i Broken Wheel rekommenderar)

BLAKE, Kendare Three Dark CrownsThree Dark CrownsOne Dark ThroneTwo Dark Reigns

BOSC, Adrien : Constellation

BOTTERO, Pierre : Le Pacte des Marchombres : Ellana

BOULGAKOV, Mikhaïl : Le maître et Marguerite (Mistrz i Malgorzata)

BOWEN, James : Un chat des rues nommé Bob (A Street Cat Named Bob)

BRADDON, Mary Elizabeth : Lady Audley’s Secret (Le secret de Lady Audley)

BREGMAN, Rutger : Utopies réalistes (Gratis geld voor iedereen : en nog viff grote ideeën die de wereld kunnen veranderen OU Utopia for Realists, and how we can get there)

BROOKS, Max : Guide de survie en territoire zombie  (The Zombie Survival Guide: Complete Protection from the Living Dead) ; World War Z

BROWN, Dan : Robert Langdon : Le Symbole Perdu (The Lost Symbol), Inferno

BROWN, Jennifer : Tornade (Torn Away)

BRYSON, Bill : A Short History of Nearly Everything (Une histoire de tout, ou presque …) ; Shakespeare: The World as a Stage (Shakespeare : Antibiographie)

BYATT, A. S. Ragnarok: The End of the Gods (La fin des dieux)

C

CABOT, Meg : Princess Diaries : Royal Wedding (Journal d’une princesse, tome 11 : Le mariage d’une princesse)

CALDERA, Georgia : Les Larmes rouges : Réminiscences

CALVINO, Italo : Si par une nuit d’hiver un voyageur (Se una notte d’inverno un viaggiatore)

CAMPBELL, James W. P. et PRYCE, Will : Bibliothèques : une histoire mondiale (The Library: A World History)

CAMPBELL, Jen : The Beginning of the World in the Middle of the Night The Bookshop Book ; Weird Things Customers Say in Bookshops (Propos cocasses et insolites entendus en librairie)

CAMUS, Albert : La chute La peste

CAPOTE, Truman : In Cold Blood (De sang froid)

CARROLL, Lewis : Alice : Alice’s Adventures Underground (Alice au pays des merveilles), Through the Looking-Glass (Alice, de l’autre côté du miroir)

CARTER, Angela : Fireworks (Feux d’artifice) ; The Bloody Chamber (La compagnie des loups)

CASS, Kiera : La Sélection : La Sélection (The Selection), L’Elite (The Elite), L’Elue (The One), The Heir (L’héritière), The Crown (La couronne)

CASSATI, Sandro : Marilyn Monroe, biographie intime

CELAN, Paul : Choix de poèmes

CESAIRE, Aimé : Cahier d’un retour au pays natal

CHAILLAN, Marianne Ainsi philosophait Amélie Nothomb

CHAVAGNEUX, Christian et PALAN, Ronen : Les paradis fiscaux

CHBOSKY, Stephen : The Perks of Being a Wallflower (Le monde de Charlie)

CHRISTIE, Agatha : And Then There Were None (Dix petits nègres) ; Hercule Poirot La Mystérieuse affaire de Styles (The Mysterious Affair at Styles) Murder on the Orient Express (Le crime de l’Orient-Express) ; Miss Marple : L’affaire Protheroe (The Murder at the Vicarage)

CLARE, Cassandra : The Mortal Instruments : City Of Bones (La cité des ténèbres), City of Ashes (La cité des cendres), City of Glass (La cité de verre) ; The Infernal Devices (The Mortal Instruments, les origines) : Clockwork Angel (L’Ange mécanique), Clockwork Prince (Le Prince mécanique), Clockwork Princess (La Princesse mécanique)

CLARKE, Stephen : Talk to the Snail (Français, je vous (h)aime)

CLAUDEL, Paul : Le Soulier de satin

CLEMENS, James : Les Bannis et les Proscrits : Le Feu de la Sor’cière (Wit’ch Fire)

CLINE, Ernest : Ready Player One (Player One)

COBEN, Harlan : Ne le dis à personne … (Tell No One)

COCTEAU, JeanOrphée

COHEN, Albert : Solal

COLFER, Chris : Struck : comment foudroyer sa réputation en un éclair (Struck by Lightning: The Carson Phillips Journals)

COLLINS, Suzanne : The Hunger Games : Hunger Games, Catching Fire (L’embrasement), Mockingjay (La révolte)

COLLODI : Les Aventures de Pinocchio (Le avventure di Pinocchio)

COREY, James S. A. The ExpanseLeviathan Wakes (L’éveil du léviathan)

CORTAZAR, Julio : Cronopes et Fameux (Historias de cronopios y de famas)

COURTADE, Henri : Loup, y es-tu ?

CUNNINGHAM, Michael : Specimen Days (Le livre des jours)

CYMES, Michel : Vivez mieux et plus longtemps

D

DABOS, Christelle : La Passe-Miroir : Les fiancés de l’hiver, Les Disparus du Clairdelune ; La mémoire de Babel

DAHL, Roald : The BFG (Le BGG)

DASHNER, James : The Maze Runner (Le Labyrinthe) : The Maze Runner (Le labyrinthe), The Scorch Trials (La terre brûlée), The Death Cure (Le remède mortel)

DE FOMBELLE, Timothée Le Livre de Perle

DE ROSNAY, Tatiana : Manderley for ever

DE VIGAN, Delphine : D’après une histoire vraie

DELACOURT, Grégoire : La liste de mes envies

DELBO, Charlotte : Auschwitz et après : Mesure de nos jours

DESPLAT-DUC, Anne-Marie : Les Colombes du Roi-Soleil : Les comédiennes de M. Racine

DESPROGES, Pierre : Le petit reporter

DICKENS, Charles : A Christmas Carol, The Chimes and The Haunted Man (Un conte de Noël, Les Carillons et L’homme hanté) ; Bleak House (La maison d’Apre-Vent)

DIDEROT, Denis : Contes et entretiens ; Jacques le Fataliste ; Supplément au voyage de Bougainville 

DIDIERLAURENT, Jean-Paul : Le liseur du 6h27

DIOME, Fatou : Kétala

DIVRY, Sophie : La condition pavillonnaire

DONOGHUE, Emma : Kissing the Witch ; Room

DU BELLAY, Joachim : Les Regrets suivi des Antiquités de Rome et du Songe

DU MAURIER, Daphné : Rebecca

DUBOIS, Pierre : Comptines assassines ; Les contes de crimes

DUFFY, Carol Ann : The World’s Wife

DURAS, Marguerite : Hiroshima mon amour ; L’amant 

DUROY, Lionel : L’absente

E

EASTON ELLIS, Bret : Les lois de l’attraction (The Rules of Attraction)

ECO, Umberto : Histoire de la laideur (Storia della bruttezza)

ENARD, Mathias : Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants

ENGEL, Amy : The Book of Ivy

ERASME : Eloge de la folie (Moriae elogium, id est, Stulticiae laus)

ESCHYLE : L’Orestie (Oresteia)

EURIPIDE : Médée suivi des Troyennes (MedeiaTroiades)

F

FARGETTON, Manon : Ombre L’Héritage des Rois-Passeurs (tome 1), Les Illusions de Sav-Loar (tome 2)

FERAOUN, Mouloud : La terre et le sang

FERMINE, Maxence : Neige

FIELDING, Helen : Le journal de Bridget Jones (Bridget Jones’s Diary)

FLAUBERT, Gustave : L’Education sentimentale Madame Bovary Un cœur simple

FLEMING, Ian : James Bond : Casino Royale 

FLYNN, Gillian : Gone Girl (Les apparences)

FOENKINOS, David : La délicatesse

FOER, Jonathan SafranEating Animals (Faut-il manger les animaux ?); Everything Is Illuminated (Tout est illuminé) ; Extrêmement fort et incroyablement près (Extremely Loud and Incredibly Close)

FONDANE, Benjamin : Le Mal des fantômes

FORSTER, E. M. : A Room with a View (Avec vue sur l’Arno) ; Maurice

FOWLES, John : The French Lieutenant’s Woman (Sarah et le lieutenant français)

FRANK, Anne : Journal (Het achterhuis: Dagboekbrieven 12 juni 1942 – 1 augustus 1944)

G

GAIMAN, Neil : CoralineNeverwhere ; Norse Mythology (La mythologie viking)

GALLO, Max : Louis XIV : Le Roi-SoleilL’hiver du grand roi

GARCIA, Kami et STOHL, Margaret : Chroniques des Enchanteurs : 16 lunes (Beautiful Creatures), 17 lunes (Beautiful Darkness), Sublimes lunes (Dream Dark), 18 lunes (Beautiful Chaos), 19 lunes (Beautiful Redemption)

GARY, Romain : Les cerfs-volants

GAVALDA, Anna L’Echappée belle

GAZALE, OliviaLe Mythe de la virilité : Un piège pour les deux sexes

GEORGE, Jessica Day : La princesse du bal de minuit (Princess of the Midnight Ball)

GERMAIN, Sylvie : Hors champ Magnus

GESSEN, Masha : Poutine, l’homme sans visage (The Man Without a Face: The Unlikely Rise of Vladimir Putin)

GIDEON, Mélanie : La vie romantique d’Alice B.

GIRARD, Anne-Sophie et GIRARD, Marie-Aldine : La femme parfaite est une connasse

GIRAUD, Brigitte : Une année étrangère

GIRAUDOUX, Jean : La guerre de Troie n’aura pas lieu

GLATTAUER, Daniel : Emmi et Leo : Quand souffle le vent du nord (Gut Gegen Nordwind), La Septième vague (Alle sieben Wellen)

GOETHE : Faust ; Les Affinités électives (Die Wahlverwandtschaften)

GOLDEN, Arthur : Geisha (Memoirs of a Geisha)

GOMBROWICZ, Witold : Cosmos (Kosmos)

GOODKIND, Terry : L’Epée de vérité (Sword of Truth) : Dette d’Os (Debt of Bones), La Première Leçon du Sorcier (Wizard’s First Rule), La Pierre des Larmes (Stone of Tears), Le Sang de la Déchirure (Blood of the Fold)

GORDON, Edmund : The Invention of Angela Carter

GRAVES, Robert : The Greek Myths, volume 1 (Les mythes grecs)

GRAY, Alasdair : Poor Things (Pauvres créatures)

GRAY, John : Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus (Men Are from Mars, Women Are from Venus)

GREEN, John : Nos étoiles contraires (The Fault in Our Stars)

GREGORY, Philippa : Saga Tudor : The Constant Princess, Deux sœurs pour un roi (The Other Boleyn Girl), L’Héritage Boleyn (The Boleyn Inheritance)

GRIMBERT, Philippe : Un secret

H

HAIG, Matt : Les Radley (The Radleys)

HALL, Sarah : Madame Zero

HARARI, Yuval Noah : Sapiens: A Brief History of Humankind (Sapiens : Une brève histoire de l’humanité)

HAWKINS, Paula : Into the Water (Au fond de l’eau) ; The Girl on the Train (La fille du train)

HAWTHORNE, Nathaniel : The House of the Seven Gables (La maison aux sept pignons) ; The Scarlet Letter (La lettre écarlate)

HIGGINS CLARK, Mary : L’ombre de ton sourire (The Shadow of Your Smile)

HILL, Susan : Mrs de Winter (La malédiction de Manderley) ; The Woman in Black (La dame en noir)

HINES, Jim C. Princess (Princesses mais pas trop) : The Stepsister Scheme (L’Enlèvement du Prince Armand)

HOBB, Robin : The Realm of the Elderlings : The Farseer Trilogy (L’assassin royal, première époque) : Assassin’s Apprentice (L’apprenti assassin), Royal Assassin (L’assassin du roi et La nef du crépuscule), Assassin’s Quest (Le Poison de la vengeanceLa Voie magique et La Reine solitaire)

HOMERE : L’Odyssée (Odusseia)

HOWARD, A. G. : Splintered : Splintered, Unhinged

HUGO, Victor : Hernani ; L’Homme qui rit ; Les MisérablesLucrèce BorgiaNotre-Dame de Paris

HUMBERT, Fabrice : L’Origine de la violence

HURWITZ, Gregg, AARON, Jason, KUDRANSKI, Szymon, PEARSON, Jason : Batman : La Splendeur du Pingouin (Penguin: Pain and Prejudice)

HUSTVEDT, Siri The Shaking Woman, Or, a History of My Nerves (La Femme qui tremble : Une histoire de mes nerfs) ; The Summer Without Men (Un été sans les hommes)

HUXLEY, Aldous : Le meilleur des mondes (Brave New World)

I

IACOBELLIS, Kevin : La porte de la réflexion ; Le serpent de la séduction Les Bourgeons du mal

IBSEN, Henrik : Hedda GablerUne maison de poupée (Et Dukkehjem)

INOUE, Yasushi : Le fusil de chasse (Ryoju)

IONESCO, Eugène : La Leçon Le roi se meurt

ISHIYAMA, Kei : Grimms Manga

J

JABLONKA, Ivan : Laëtitia ou la fin des hommes

JACKSON, Shirley : The Haunting of Hill House (La maison hantée) ; The Lottery and Other Stories (La loterie et autres nouvelles)

JAMES, E. L. : Cinquante nuances de Grey : Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades of Grey), Cinquante nuances plus sombres (Fifty Shades Darker), Cinquante nuances plus claires (Fifty Shades Freed), Grey

JAMES, P. D. : La mort s’invite à Pemberley (Death Comes to Pemberley)

JARDIN, Alexandre : Le Zèbre

JARRY, Alfred : Ubu roi 

JAUFFRET, Régis : Cannibales

JONASSON, Jonas : Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire (Hundraaringer som klev ut genom fönstret och försvann)

JONCOUR, Serge : Repose-toi sur moi

JOUVE, Pierre Jean : Paulina 1880

JOYCE, James : Dubliners (Dublinois)

JUBERT, Hervé : Beauregard : tome 1, Magies secrètes

JULIET, Charles : Lambeaux

K

KALOTAY, Daphné : Un papillon sous la neige (Russian Winter)

KANATA, Konami : Chi, une vie de chat (Chizu suito homu)

KATSURA, Masakazu : Shadow Lady (Shadoredi)

KATZ, Gabriel Le Serment de l’orageTome 1

KAUFMAN, Amie et KRISTOFF Jay : The Illuminae Files (Illuminae) : Illuminae (Dossier Alexander), Gemina (Dossier Gemina), Obsidio (Dossier Obsidio)

KAWABATA, Yasunari Les Belles Endormies (Nemureru bijo)

KLEINBAUM, Nancy : Dead Poets Society (La société des poètes disparus)

KEYES, Daniel : Billy Milligan, l’homme aux 24 personnalités  (The Minds of Billy Milligan) ; Flowers for Algernon (Des fleurs pour Algernon)

KING, Stephen : Danse Macabre (Anatomie de l’horreur) ; La Ligne verte (The Green Mile) ; The Dark Tower (La tour sombre) : The Gunslinger (Le pistolero)

KINSELLA, Sophie : L’accro du shopping : Confession d’une accro du shopping (Confessions of a Shopaholic) ; Les Petits Secrets d’Emma (Can You Keep a Secret?)

KITAMURA, Katie : A Separation (Les pleureuses)

KOLTES, Bernard-Marie : La nuit juste avant les forêts

KUBO, Tite : Bleach (Burichi) : The Death and the Strawberry

L

LA FONTAINE, Jean de : Fables

LABE, Louise : Œuvre Poétique

LACARRIERE, Jacques : Dictionnaire amoureux de la Grèce

LAFAYETTE, Madame de : La Princesse de Clèves

LAMARTINE, Alphonse de : Graziella

LARSEN, Reif : The Selected Works of T.S. Spivet (L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet)

LARSSON, Stieg : Millénium : La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette (Flickan som lekte med elden), La reine dans le palais des courants d’air (Luftslottet som sprängdes)

LEMAITRE, Pierre : Au revoir là-haut

LESSING, Doris : The Fifth Child (Le cinquième enfant)

LEVER, Evelyne Dictionnaire amoureux des reines

LEWICKI, Christine : J’arrête de râler !

LEWIS, C. S. : Les Chroniques de Narnia (The Chronicles of Narnia) : Le neveu du magicien (The Magician’s Nephew), Le Lion, la Sorcière Blanche et l’Armoire Magique (The Lion, the Witch and the Wardrobe), Le Cheval et l’Ecuyer (The Horse and His Boy), Le Prince Caspian (Prince Caspian), L’Odyssée du Passeur (The Voyage of the Dawn Treader)

LEWIS, Matthew : The Monk (Le moine)

LOUIS, Edouard : En finir avec Eddy Bellegueule

LOWRY, Lois : The Giver (Le passeur)

LUCACI, Dorica : Chats extraordinaires illustrés

LYONS, Martyn : Le livre : une histoire vivante (Books: A Living History)

M

MAALOUF, Amin : Le Rocher de Tanios

MAAS, Sarah J. : Throne of Glass : Throne of Glass (Keleana, l’assassineuse)

MABANCKOU, Alain : Mémoires de porc-épic 

MAFI, Tahereh : Shatter Me (Insaisissable) : Shatter Me (Ne me touche pas), Unravel Me (Ne m’échappe pas), Ignite Me (Ne m’abandonne pas)

MAILLET, Antonine : Pélagie-la-Charrette

MAKINE, Andreï : Une femme aimée

MALIKI : Cristallisation, Hanami ; L’autre fille dans le miroir ; BLOG

MALLARME, Stéphane : Poésies

MALLEY, Gemma : The Declaration (La déclaration) : The Declaration (L’histoire d’Anna)

MALZIEU, Mathias : Journal d’un vampire en pyjama ; La Mécanique du Cœur

MARIN, Charlotte et MICHAU, Marion : Le bloc-notes de Louise : Fan de lui

MARIVAUX : La double inconstance suivi d’Arlequin poli par l’amour

MARTIN, George, R. R. : A Song of Ice and Fire (Le Trône de fer) : A Game of Thrones (Intégrale 1), A Clash of Kings (Intégrale 2), A Storm of Swords (Intégrale 3), A Feast for Crows (Intégrale 4), A Dance with Dragons (Intégrale 5);  A Targaryen History (Feu et sang) : Fire and Blood (Feu et sang, tome 1, parties 1 et 2) The World of Ice & Fire : The Untold History of Westeros and the Game of Thrones (Game of Thrones, le Trône de fer : les origines de la saga)

MARTIN, George R. R. et DOZOIS, Gardner Dangerous Women (Dangerous Women en deux tomes) ; Rogues (Vauriens) ; Warriors

MASHIMA, Hiro : Fairy Tail (Feiru Teiru)

MATURIN, Charles : Melmoth the Wanderer (Melmoth ou l’homme errant)

MAUMEJEAN, Xavier : American Gothic

MAUPASSANT, Guy de : Bel-Ami

MAURIAC, François : Thérèse Desqueyroux

MAYOR, Adrienne : The Amazons: Lives and Legends of Warrior Women Across the Ancient World (Les Amazones : Quand les femmes étaient les égales des hommes)

MCEWAN, Ian : Amsterdam ; Saturday (Samedi)

MCGUIRE, Seanan : Wayward Children series : Every Heart a Doorway, Down Among the Sticks and BonesBeneath the Sugar Sky

MELROSE, Fiona : Midwinter

MELVILLE, Herman : Moby Dick

MERIMEE, Prosper : Carmen suivi de Les âmes du purgatoire

MESSENGER, Shannon Gardiens des Cités Perdues (Keeper of the Lost Cities) ; Tome 1, tome 2 : Exil (Exile)

MESSINGER, Joseph : Ces gestes qui vous trahissent

MESSY, Catherine : Bucoliques

MEYER, Marissa : The Lunar Chronicles (Les Chroniques lunaires) : Cinder, Scarlet, Cress, Fairest (Levana), Winter

MEYER, Stephenie : Les Ames Vagabondes (The Host)

MICHAUX, Henri : Epreuves, exorcismes, 1940-1944

MICHELIS, Denis : La chance que tu as ; Le bon fils

MICHON, Pierre : Vies minuscules

MILLAR, Mark : Superman : Red Son

MILLER, Arthur : The Crucible (Les Sorcières de Salem)

MILLER, Madeline Circe (Circé)

MILTON, Giles : Les miscellanées

MINGARELLI, Hubert : Un repas en hiver

MISHIMA, Yukio : Confession d’un masque (Kamen no Kokuhaku)

MLYNOWSKI, Sarah : Parle-moi ! (Gimme a Call)

MOORE, Alan et CAMPBELL, Eddie : From Hell

MOORE, Viviane : Ainsi puis-je mourir

MORAN, Caitlin : How To Be a Woman (Comment peut-on (encore) être une femme ?)

MORE, Thomas : Utopia

MOTIN, Margaux : J’aurais adoré être ethnologue … 

MUNROE, Randall : What if ?: Serious Scientific Answers to Absurb Hypothetical Questions (Et si … ?)

MURAKAMI, Haruki : Blind Willow, Sleeping Woman  (Saules aveugles, femme endormie/Mekura Yanagi to Nemuru Onna) ; La fin des temps (Sekai no owari to hâdo boirudo wandârando) ; The Elephant Vanishes (L’éléphant s’évapore/Zô no shômezu)

MUSSET, Alfred de : Lorenzaccio ; chronique de Lorenzaccio après relecture

MUSSO, Guillaume : Central Park ; L’appel de l’ange L’instant présent

N

NABOKOV, Vladimir : Lolita

NATIONAL GEOGRAPHIC : Histoire de la mythologie

NDIAYE, Marie : Un temps de saison

NERVAL, Gérard de : Aurélia, Les Nuits d’octobre, Pandora, Promenades et souvenirs

NEUSER, Marie : Je tue les enfants français dans les jardins … ; Un petit jouet mécanique

NEWMAN, Kim : Anno DraculaAnno Dracula, tome 1

NICHOLLS, David : Un jour (One Day)

NOTHOMB, AmélieAcide sulfurique ; Antéchrista Barbe Bleue Biographie de la faim ; Cosmétique de l’ennemi ; Frappe-toi le cœurJournal d’HirondelleHygiène de l’assassin ; La nostalgie heureuse Le Crime du comte Neville ; Le Fait du Prince Le Sabotage amoureux ; Le voyage d’hiverLes Catilinaires ; Les Combustibles Les Prénoms épicènes ; Métaphysique des tubes ; Ni d’Eve ni d’Adam ; Pétronille Riquet à la houppe ; Stupeur et tremblements Tuer le père ; Une forme de vie

O

O’DONNELL, Cassandra : Les sœurs Charbrey : Sans orgueil ni préjugés 

O’FARRELL, Maggie : After You’d Gone (Quand tu es parti)

O’NEILL, Louise Only Ever Yours ; The Surface Breaks

OATES, Joyce Carol : A Bloodsmoor Romance (La légende des Bloodsmoor) ; Bellefleur ; Blonde (Blond) ; Maudits (The Accursed) ; Mysteries of Winterthurn (Les mystères de Winterthurn) ; The Faith of a Writer: Life, Craft, Art (La foi d’un écrivain) ; The Lost Landscape: A Writer’s Coming of Age (Paysage perdu)

OBAMA, Michelle : Becoming (Devenir)

OHKUBO, Atsushi : Soul Eater Not! (Soru Ita Notto!)

ORSENNA, Erik : La grammaire est une chanson douce

ORWELL, George : 1984

ORY, Pascal : L’histoire culturelle

OSBORNE, John : Look Back in Anger (La paix du dimanche)

OVIDE : Les Métamorphoses (Metamorphoseon libri)

P

PAASILINNA, Arto : Le Lièvre de Vatanen (Jäniksen Vuosi)

PAOLINI, Christopher : L’Héritage (The Inheritance)

PASCOE, Chris : A Cat Called Birmingham : A biography of nine lives (Monsieur Chatastrophe : une biographie de neuf vies)

PASRICHA, Neil : The Book of Awesome (La vie est cool) ; The Book of (Even More) Awesome (La vie est (vraiment) cool) ; The Happiness Equation: Want Nothing + Do Anything = Have Everything

PEACOCK, Thomas Love : Nightmare Abbey (L’Abbaye du cauchemar)

PECK, Dale : Les Sirènes : La Dérivante (The Lost Cities: A Drift House Voyage)

PEDROSA, Cyril : Trois ombres

PELLOUX, Patrick : On ne meurt qu’une fois et c’est pour si longtemps

PENNAC, Daniel : Comme un roman

PEREC, Georges : Tentative d’épuisement d’un lieu parisien ; W ou le souvenir d’enfance

PERRY, Sarah : The Essex Serpent (Le serpent de l’Essex)

PEVEL, Pierre Les Lames du Cardinal Tome 1

PINBOROUGH, Sarah : Contes des Royaumes (Tales from the Kingdoms) : Poison, Charme (Charm), Beauté (Beauty)

PLATH, Sylvia : The Bell Jar (La cloche de détresse)

PLATON : Le Banquet (Sumposion)

POE, Edgar Allan : The Penguin Complete Tales and Poems (Intégrale)

PRATCHETT, Terry : The Discworld series (Les Annales du Disque-monde) : The Colour of Magic (La huitième couleur)

PROUST, Marcel : A la recherche du temps perdu : Du côté de chez Swann, A l’ombre des jeunes filles en fleur, Le Côté de Guermantes, Sodome et Gomorrhe, La Prisonnière, Albertine disparue

Q

QUENEAU, Raymond : Exercices de style

QUIGNARD, Pascal : Tous les matins du monde 

QUIROGA, Horacio : Contes d’amour de folie et de mort (Cuentos de amor de locura y de muerte)

R

RACINE, Jean : Bérénice ; Mithridate ; Phèdre

RACINE, Jean et EURIPIDE Iphigénie suivi de Iphigénie à Aulis (Iphigéneia hê en Aulidi)

RADCLIFFE, Ann : The Romance of the Forest (Les mystères de la forêt)

RAO, Pingru : Notre histoire. Pingru et Meitang (平如美棠 – 我俩的故事)

REY, Nicolas Courir à trente ans

RIGGS, Ransom : Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children (Miss Peregrine et les enfants particuliers) : Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children (Miss Peregrine et les enfants particuliers), Hollow City , Library of Souls (La bibliothèque des âmes)

RILKE, Rainer Maria : Lettres à un jeune poète  (Mit Genehmigung des Insel Verlags, Frankfurt am Main) ; Poèmes à la nuit (Gedichte an die Nacht)

RIORDAN, Rick : Percy Jackson (Percy Jackson and the Olympians) : Le Voleur de foudre (The Lighting Thief), La Mer des Monstres (The Sea of Monsters), Le Sort du Titan  (The Titan’s Curse) ; La Bataille du Labyrinthe (The Battle of the Labyrinth), Le dernier Olympien (The Last Olympian)

ROBILLARD, Anne : Les Héritiers d’Enkidiev : Renaissance

ROSSETTI, Christina : Goblin Market and Other Poems (Marché gobelin)

ROTH, Veronica : Divergente (Divergent) : Divergente (Divergent), Insurgés (Insurgent), Allégeance (Allegiant)

ROWLING, Joanne Kathleen : Harry Potter : Harry Potter and the Philosopher’s Stone (Harry Potter à l’école des sorciers), Harry Potter and the Chamber of Secrets (Harry Potter et la chambre des secrets), Harry Potter and the Prisoner of Azkaban (Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban), Harry Potter and the Goblet of Fire  (Harry Potter et la coupe de feu), Harry Potter and the Order of the Phoenix (Harry Potter et l’ordre du Phénix), Harry Potter and the Half-Blood Prince (Harry Potter et le prince de sang-mêlé), Harry Potter and the Deathly Hallows (Harry Potter et les reliques de la mort), Harry Potter and the Cursed Child (avec John Tiffany et Jack Thorne) (Harry Potter et l’enfant maudit) ; Fantastic Beasts and Where to Find Them (Les Animaux fantastiques) ; Fantastic Beasts and Where to Find Them, the screenplay (Les Animaux fantastiques, le scénario) ; The Tales of Beedle the Bard (Les Contes de Beedle le barde)

S

SAGAN, Eric : Lettre à Hervé

SAINT-EXUPERY de, Antoine : Le Petit Prince 

SALVAYRE, Lydie : La compagnie des spectres Pas pleurer

SARRAUTE, Nathalie : Enfance

SARTRE, Jean-Paul : Les Mots

SAUNDERS, George : Lincoln in the Bardo

SCHLINK, Bernhard : Le Liseur (Der Vorleser)

SCHMITT, Eric-Emmanuel : L’Elixir d’amour , Le Poison d’amour La part de l’autre ; Oscar et la dame rose Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent …

SCHOTT, Ben : Les Miscellanées de Mr. Schott  (Schott’s Original Miscellany) ; Les Miscellanées culinaires de Mr. Schott (Schott’s Food & Drink Miscellany)

SCHWARTZ, David : La magie de voir grand (The Magic of Thinking Big)

SEBOLD, Alice : The Lovely Bones (La nostalgie de l’ange)

SHAKEASPEARE, William : Macbeth ; Othello ; Roméo et Juliette

SHAMSIE, Kamila Home Fire

SHELLEY, Mary : Frankenstein

SHEPARD, Sara : Pretty Little Liars (Les Menteuses) : Pretty Little Liars (Confidences), Flawless (Secrets)

SHEPARD, Zoé : Absolument dé-bor-dée ! ou le paradoxe du fonctionnaire

SILITOE, Alan : The Loneliness of the Long-Distance Runner (La solitude du coureur de fond)

SIMEON, Jean-Pierre : Stabat Mater Furiosa

SKYLARK, TiffanyThe Roquiel Saga Roquiel and the Phoenix

SMITH, Ali Seasonal Cycle : Autumn, Winter

SMITH, Patti : Just Kids ; M Train

SNICKET, Lemony : Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire (A Series of Unfortunate Events) : La Fin (The End)

SOPHOCLE : Antigone (Antigonê), Œdipe roi (Oidipous Turannos)

SORGUE, Mireille : L’Amant

SOULAS, Floriane : Les Noces de la Renarde

SPIELMAN, Lori Nelson : Demain est un autre jour (Life List)

SPYRI, Johanna Heidi

ST. JOHN MANDEL, Emily Station Eleven

STAEL, Germaine de : Corinne ou l’Italie

STENDHAL : Vie de Henry Brulard

STEVENSON, Robert Louis : Dr. Jekyll and Mr. Hyde (followed by The Bottle Imp) (L’Etrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde)

STOCKETT, Kathryn : La Couleur des sentiments (The Help)

STOKER, Bram : Dracula ; Dracula’s Guest (L’invité de Dracula)

STRASSER, Todd : The Wave (La vague)

SUSKIND, Patrick : Le Parfum (Das Parfum: Die geschichte eines Mörders)

SWARUP, Vikas : Slumdog Millionaire (Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire)

SZPILMAN, Wladyslaw : Le Pianiste (The Pianist)

T

TAKAYA, Natsuki : Fruits Basket (Furutsu Basuketto)

TARDIEU, Jean : La comédie de la comédie suivie de La comédie des arts et de Poèmes à jouer

TARTT, Donna : The Secret History (Le maître des illusions)

TAYLOR, Tom, RAAPACK, Jheremy, MILLER Mike S., COLLECTIF : Injustice, les dieux sont parmi nous (Injustice : Gods Among Us) : Année 1, 1e partie et 2e partie

TCHEKOV, Anton : La Dame au petit chien et autres nouvelles (Dama s sobachkoy)

TOIBIN, Colm House of Names

TOLKIEN, J. R. R. : Bilbo le Hobbit (The Hobbit) ; Contes et légendes inachevés (Unfinished Tales of Numenoz and Middle-Earth) 1 ; Le Seigneur des Anneaux (The Lord of the Rings) : La Communauté de l’anneau (The Fellowship of the Ring), Les Deux Tours (The Two Towers), Le Retour du Roi (The Return of the King) ; The Lord of the Rings (relecture, nouvelles chroniques) : The Fellowship of the Ring

TOLSTOI, Léon : Anna Karénine (Anna Karenina)

TOURNIER, Michel : Gilles & Jeanne Le Roi des Aulnes ; Vendredi ou les limbes du Pacifique

TRAVEN, B : Le vaisseau des morts

U

V

VAN CAUWELAERT, Didier Jules

VAUGHAN, Brian K. et STAPLES Fiona : Sagatome 1

VEIL, Simone Une vie

VERCORS : Le silence de la mer

VERLAINE : Fêtes galantes, Romances sans paroles, précédés de Poèmes saturniens

VERNE, Jules : Vingt mille lieues sous les mers

VIAN, Boris : L’Ecume des jours

VILLENEUVE, Madame de : La Belle et la Bête 

VITOUX, Frédéric : Petit dictionnaire amoureux des chats

VIVIAN, Siobhan : La liste (The List)

VOLTAIRE : Candide ; Micromégas ; Traité sur la tolérance

VON ARNIM, Elizabeth : Vera

W

WALPOLE, Horace : The Castle of Otranto (Le Château d’Otrante)

WEIR, Andy : The Martian (Seul sur Mars)

WERBER, Bernard : Demain les chats ; Le Cycle des Anges : Les Thanatonautes, L’Empire des Anges ; Le Cycle des Dieux : Nous les Dieux ; Le Papillon des étoiles ; Les Fourmis : Les Fourmis

WHITMAN, Walt : Leaves of Grass (Feuilles d’herbe)

WILDE, Oscar : The Picture of Dorian Gray (Le portrait de Dorian Gray)

WINTERSON, Jeanette : Christmas Days: 12 Stories and 12 Feasts for 12 Days

WOOLF, Virginia : A Room of One’s Own (Une chambre à soi)

X

Y

YANCEY, Rick : La 5e Vague : La 5e Vague (The 5th Wave)

YAZAWA, Ai : Nana Premium Fan Book ; Paradise Kiss (Paradaisu Kisu)

YOURCENAR, Marguerite Mémoires d’Hadrien

Z

ZELAZNY, Roger The Chronicles of Amber (Le Cycle des Princes d’Ambre/Les Chroniques d’Ambre) : Nine Princes in Amber (Les neuf princes d’Ambre), The Guns of Avalon (Les Fusils d’Avalon)

ZOLA, Emile : Les Rougon-Macquart : L’Œuvre

CATEGORIE RELECTURES

DIOME, Fatou : Kétala (update disponible à la fin de l’article)

DU MAURIER, Daphné : Rebecca

SCHOTT, Ben : Les Miscellanées de Mr. Schott ; Les Miscellanées culinaires de Mr. Schott

SHAKESPEARE, William : Othello

Les Noces de la Renarde de Floriane Soulas

Classé dans : Avis littéraires,Partenariats — 14 mai, 2019 @ 9:17

Genre : FantastiqueLes Noces de la renarde

Editeur : Scrineo 

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 586

Synopsis : 1461, Japon. 

Hikari, une mystérieuse jeune femme, vit avec ses soeurs dans une forêt peuplée de petits dieux de la province d’Izumi. Fascinée depuis toujours par les humains, elle s’intéresse de près aux villageois installés au pied de la montagne, et plus particulièrement à Jun, l’un des bûcherons. Mais le contact avec les hommes est formellement interdit par son clan … 

2016, Tokyo. 

Depuis toujours, Mina a le pouvoir de côtoyer les yokaïs, esprits et monstres du folklore japonais. Solitaire à cause de ce don qu’elle doit cacher à tous, la jeune fille ne se sent pas à sa place dans la société.

Jusqu’au jour où un esprit tente de s’introduire dans ses rêves et que Natsume, une fille de sa classe, l’entraîne dans une chasse au démon à travers la capitale … 

Deux univers qui se croisent, deux destins qui s’entremêlent, entre quête d’identité et désir d’émancipation

 

Avis : Les Noces de la renarde est mon premier service presse chez les éditions Scrineo ; merci encore à eux !

Avant même la publication du livre, le petit résumé que Floriane Soulas avait posté sur Instagram m’avait attirée : « esprits » et « Japon ». Comment résister ?! J’adore les histoires de « fantômes », et le Japon est un pays qui me fascine ! Dès la réception du colis, je me suis plongée dans la lecture !

Je n’ai pas pu lire Les Noces de la renarde aussi rapidement que je l’aurais voulu, travail oblige ; et je pense que les circonstances de lecture m’ont empêchée de me plonger à 100 % dans le livre – ainsi que de ressentir l’émotion qui aurait pu naître à plusieurs reprises si j’avais été complètement dans le bouquin ! Pour autant, j’ai vraiment adoré certains aspects ! Et, d’abord, le décor du roman : le Japon ! J’ai trouvé que le lecteur était complètement immergé dans la culture japonaise ! J’en ai rarement appris autant sur le folklore du pays qu’en lisant Les Noces de la renarde. Entre yokaï, kami et kitsune, la mythologie du pays est vivante dans ce texte ! J’ai adoré me retrouver au temple, au Kogage, dans les rues étroites de Tokyo, mais aussi dans la forêt de la province d’Izumi, entourée de kitsunes, et autres esprits. En effet, le roman raconte deux histoires en parallèle, celle de Mina et celle d’Hikari, dans deux époques différentes. Je me suis attachée aux deux héroïnes, et donc aux deux intrigues. Ce que j’ai trouvé particulièrement ingénieux : contrairement à la majorité des livres qui racontent deux histoires, ici, l’alternance ne se fait pas d’un chapitre à l’autre, mais l’on suit les personnages d’une époque sur deux à trois chapitres. Cela permet d’entrer complètement dans les deux intrigues, de s’intéresser autant à l’une qu’à l’autre ! Elles sont liées, et je me suis amusé à deviner en quoi elles l’étaient ! (j’avais deviné quelque chose mouhahahaha !) L’action est présente – Mina mène une enquête, Hikari a une mission à accomplir –, l’émotion aussi – malgré mon insensibilité du moment ! –, et certaines scènes peuvent même friser l’horreur ! Comme d’habitude dans les livres qui présentent des groupes, j’ai adoré le clan, en faire partie, voir l’amour des soeurs les unes pour les autres [SPOILER] et le déchirement d’Hikari quand elle est écartée de son foyer est tout aussi déchirant pour le lecteur, qui comprend qu’elle perd une famille tout entière, une raison de vivre ! [FIN DU SPOILER]

Concernant les personnages : il est facile de s’attacher à Mina. Adolescente à Tokyo, elle est différente des autres, se tient à l’écart, mais elle n’est pas du tout le genre d’héroïne que tout le monde trouve magnifique, ou qui fascine. Elle est plutôt dérangeante pour les autres, d’où le fait qu’elle ne trouve sa place nulle part. En effet, elle a une capacité toute particulière qui la rend effrayante : elle voit les yokaïs et les esprits ! Quant à Hikari, elle est plus ambivalente, mais tout aussi attachante ! Contrairement à Mina, c’est un personnage « morally grey », c’est-à-dire qu’elle n’est ni bonne ni mauvaise. C’est une kitsune, une déesse-renarde ; de plus, elle a un rang spécial dans son clan. Elle est puissante, et sauvage. J’ai particulièrement aimé la suivre puisqu’elle nous place directement au sein d’un clan mythologique ! Aucun des personnages n’est « le grand méchant » ou « le grand héros », ce que j’ai vraiment apprécié : tous ont leurs défauts, leurs qualités, et les pires actes s’expliquent, non par une méchanceté inhérente, mais par la peur ou l’ambition. En cela, le roman est très vraisemblable, et il est facile de s’imaginer ces personnages comme existant réellement ! 

J’ai adoré la fin, même si elle m’a semblé rapide et peut-être même un peu abrupte ! Des questions subsistent tout de même : [SPOILER] Qu’arrive-t-il au clan ensuite ? Et qu’advient-il de Natsume, qui se retrouve sans pouvoir ? Reste-t-elle au temple ? et avec sa famille ? [FIN DU SPOILER]

 

Donc, un très bon roman, mêlant petits frissons horrifiques et mythologie japonaise !  

Le Serment de l’orage, tome 1 de Gabriel Katz

Classé dans : Avis littéraires,Partenariats — 2 mai, 2019 @ 7:14

Genre : Fantasy Le Serment de l'orage

Editeur : Bragelonne (Big Bang) 

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 380

Synopsis : Ils étaient sept. Sept chevaliers sous un ciel d’orage.

Morgien et Cynon, deux jeunes chevaliers, la tête pleine de rêves de gloire et de hauts faits, n’ont qu’une hâte : prouver leur valeur. Ils n’hésitent pas un instant lorsque le seigneur Edwin de Gore leur propose d’entrer à son service dans les Hautes Terres. Des landes arides et occupées par une bande armée.

Sans hommes ni moyens, les deux chevaliers devront faire face à l’adversité avec bravoure et honneur. Mais il plane en ces lieux une atmosphère sombre et malsaine. Alors que la demeure seigneuriale devient le théâtre de morts inexpliquées, une forteresse macabre apparaît à la faveur de la nuit.

Les phénomène inquiétants se multiplient, et bientôt, nul doute qu’une malédiction est à l’œuvre. Le Diable approche, et avec lui, la fin du royaume. 

 

Avis : Je n’avais jamais osé demander de service presse avant ; puis j’ai vu que Gabriel Katz sortait un nouveau roman Fantasy chez Bragelonne, et je me suis lancée !

Pour une première plongée, je ne suis pas déçue ! J’ai aimé l’écriture de l’auteur, fluide, agréable ; le rythme est assez soutenu pour que le lecteur ne s’ennuie pas – pas mal de scènes d’action, d’autres qui alimentent le mystère –, et assez retenu pour que l’atmosphère s’épanouisse – atmosphère que j’ai beaucoup aimée ! Elle est assez sombre, étrange, inquiétante ; rien que le titre de la propriété m’a donné des frissons gothiques !! Quelque chose qui aurait pu, en revanche, ne pas passer, c’est la place de la religion dans ce livre. Elle s’explique totalement vu l’époque dans laquelle se situe le récit : nous sommes face à de la Fantasy historique médiévale si je ne m’abuse ! Nous sommes donc au temps des chevaliers : le catholicisme est évident. Toute personne qui va à l’encontre de ces croyances est jugée hérétique. On retrouve également le fameux code de la chevalerie, même si, ici, l’honneur est aussi souvent bafoué que respecté ! L’auteur utilise tout le vocabulaire médiéval, par exemple, celui de l’armurerie ou des rangs des vassaux du roi, ce qui participe à l’immersion du lecteur dans le monde du livre.

Evidemment, qui dit monde et société médiévaux dit misogynie, sexisme, inégalité homme/femme. C’est inhérent, presque un passage obligé pour que l’univers soit cohérent ; et pourtant, comme ça peut m’agacer ! Du coup, le point de vue est beaucoup plus focalisé sur les personnages masculins que sur les personnages féminins, et on se retrouve avec des questions de vertu, de virginité, de prostitution et de viol après une victoire. Les chevaliers parlent gaiement des servantes qu’ils troussent sur les bottes de foin, et les barons, eux, se passent les filles enlevées dans les villages. Pour autant, le lecteur sent bien que cela pourrait changer dans le tome 2, comme c’est déjà le cas à partir d’un moment dans ce premier volume ! [SPOILER] Ce moment où Ann commence à prendre les choses en main, et cette fin où c’est une femme qui tue le baron O’Dunlin !! Mais quelle joie !! [FIN DU SPOILER]

En parlant des personnages : j’aime beaucoup Cynon et Morgien, même s’ils sont clairement inexpérimentés et naïfs. Ils peuvent être agaçants parfois, mais c’est plus la faute de leur code de chevalerie et des valeurs qu’on leur a apprises que la leur. Ils jouent plus au chevalier qu’ils ne le sont vraiment, mais je suis sûre que ça viendra dans les tomes à venir ! Edwin est clairement paternel avec eux, et je l’ai beaucoup apprécié ! En revanche, un personnage que je ne supportais pas : Advar. On peut vivre dans une société médiévale sans être tout à fait misogyne ; lui prend les femmes pour des bouts de viande. Comment l’apprécier ? Il est aussi très arrogant et le code de chevalerie, très peu pour lui ! De même pour Alistair qui n’a cessé de m’agacer du début à la fin ! Vains et Aeron arrivent un peu plus tard : ils sont aguerris, savent ce qu’est une véritable bataille et n’ont pas peur de se salir les mains. Quant aux personnages féminins, ils ne sont que deux : Ann de Gore et Marie des Réaux. Ann est une dame ; elle peut paraître insupportable pour qui ne la comprend pas. Elle est très méprisante, et très belle : elle inspire le respect rien que par sa beauté … jusqu’à ce que son caractère la fasse détester. Marie, elle, est beaucoup plus sympathique. Cousine d’Ann, elle est sa dame de compagnie. Je l’ai beaucoup apprécié, malgré le fait que son personnage soit un peu en retrait la plupart du temps. Certains des moments où elle apparaît, ce n’est que pour alimenter les fantasmes d’un chevalier ; mais je doute que ce soit toujours le cas dans les tomes suivants !

La fin est détonante !! Pleine d’action, elle promet un deuxième tome encore meilleur que celui-ci !! Une scène m’a émue, mais je pense que c’était personnel, et probablement dû à une scène similaire que j’ai vu dans une certaine série très connue – GoT, pour ne pas la citer ! Je dois dire que ce livre m’a fait penser à cette série plusieurs fois, mais seulement à cause du côté médiéval de ces deux sagas ! [SPOILER] Et peut-être aussi à cause de cette histoire de givre ! [FIN DU SPOILER]

Après avoir refermé le livre, tout un tas de questions reste sans réponse !! En effet, ce premier tome semble mêler deux intrigues, et deux Diables tout à fait différents ! La première est concentrée sur Hollow Grave et concerne une sorte de malédiction qui frappe la propriété ; la seconde est à l’échelle du pays tout entier, l’Anglia – qui me fait beaucoup penser à l’Angleterre ! – menacé par les barons d’Eirin – qui me fait penser à l’Eire, et donc à l’Irlande ! Les deux fins de ces intrigues donnent immédiatement envie de lire la suite, histoire de voir ce qui va arriver !!

 

Donc, un premier tome réussi, qui déclenche bien l’action et donne déjà envie de lire le deuxième tome !

 

Ainsi philosophait Amélie Nothomb de Marianne Chaillan

Classé dans : Avis littéraires,Coup de cœur,Partenariats — 1 mai, 2019 @ 2:28

Genre : Philosophie Ainsi philosophait Amélie Nothomb

Editeur : Albin Michel 

Année de sortie : 2019

Nombre de pages : 203

Synopsis : Amélie Nothomb, morte? Elle ne se souvient de rien. Voici pourtant qu’une dénommée Plectrude lui annonce la sinistre nouvelle. Elle lui révèle également qu’une identité posthume est attribuée à chacun au terme d’une cérémonie. L’un ira au paradis des cinéastes et l’autre au paradis des boulangers, par exemple. L’éternité est moins longue lorsqu’on échange autour d’une passion commune… Amélie s’attend donc à retrouver Stendhal et Virginia Woolf au paradis des écrivains. Sutpeur! Elle se retrouve au paradis des philosophes, aux côtés de Platon et de Nietzsche! S’agit-il d’une erreur? En faisant appel de cette décision, Amélie va subir un drôle de Jugement dernier au cours duquel viendront témoigner les illustres gloires de la philosophie, depuis Spinoza jusqu’à Sartre.

Ecrit « à la manière » d’Amélie Nothomb, ce contre philosophique de Marianne Chaillan est un voyage aussi drôle que méditatif qui invite le lecteur à découvrir autrement l’œuvre de la romancière mondialement célèbre.

 

Avis : Je ne connaissais pas l’existence de ce livre avant d’entendre Amélie Nothomb en parler dans une vidéo ! Je me suis dit que le concept était très intéressant, et je me suis empressée de demander un service presse à la maison d’édition, qui a gentiment accepté de m’envoyer Ainsi philosophait Amélie Nothomb !

Je dois d’abord l’avouer : je suis « fan » d’Amélie Nothomb ; j’ai lu la majorité de ses livres, et la plupart m’ont beaucoup plu ! C’est une écrivaine accessible, gentille, et ouverte d’esprit ! Je n’adore pas toutes ses œuvres, mais celles que j’adore se trouvent assez haut dans le classement de mes livres préférés, notamment Journal d’Hirondelle, Biographie de la faim et Hygiène de l’assassin. Je trouve qu’Amélie a une imagination très fertile, décalée ; rien ne ressemble à un de ses romans ! Elle écrit très bien, d’une manière que je considère souvent comme poétique ; elle apprend des choses à son lecteur et le fait toujours réfléchir ! Ses œuvres sont intelligentes ! Donc, l’idée d’un livre qui ferait le lien entre elle et certains philosophes : autant vous dire que j’étais emballée !!

Et je n’ai pas été déçue ! Tout d’abord, j’ai adoré que ce livre soit en fait de la non-fiction déguisée en fiction. Pour ne pas brusquer le lecteur, pour ne pas lui faire lire un essai, Marianne Chaillan décide de reprendre la manière d’écrire d’Amélie Nothomb. Et on peut dire que c’est une réussite ! J’ai adoré cette histoire, ce cadre ! Amélie, personnage du roman, se trouve au paradis, assignée à celui des philosophes au lieu de celui des auteurs de littérature. Elle fait appel et, à son procès prennent part dix grands philosophes, qui vont analyser dix de ses livres. La lecture est fluide, rapide, et tout est compréhensible ! En effet, on pourrait penser qu’étant donné qu’on touche à la philosophie, les concepts sont compliqués, et donc que l’on ne comprend pas toutes les idées. Mais Marianne Chaillan, après avoir employé certaines notions, fait expliquer à ses philosophes leurs idées avec des exemples faciles à comprendre. Elle fait donc exactement ce que fait Amélie Nothomb sans s’en rendre compte : elles rendent toutes deux la philosophie accessible, l’une par la fiction ou la non-fiction – selon ses œuvres –, l’autre par une analyse poussée et qui fait parfois écho au ressenti des lecteurs. En effet, à la lecture de certains passages, je me suis rendu compte que j’avais compris certaines idées philosophiques en lisant l’œuvre de l’écrivaine, sans pour autant être capable de mettre des mots clairs et précis sur ce que j’avais ressenti. D’autres fois, Marianne Chaillan apporte un éclairage tout à fait nouveau sur les œuvres, je pense notamment au Fait du Prince, que je n’avais pas du tout lu de cette façon ! Et quelle joie de voir certains de mes livres préférés être analysés !

Je trouve également l’idée de ce livre excellente car, il faut l’avouer, Amélie Nothomb est souvent décriée, que ce soit par certains universitaires ou par certains lecteurs – parfois sans que ceux-ci l’aient lu d’ailleurs ! Marianne Chaillan montre ici que l’écrivaine a beau écrire quatre romans par an et n’en publier qu’un, celui-ci est riche d’idées, souvent original, et fait réfléchir pour qui gratte un peu la surface. Voir de grands philosophes expliquer à quel point ils ont apprécié leur lecture d’Amélie Nothomb, la nommer leur successeur, la reconnaître comme une des leurs, les voir dire « lisez tel roman pour comprendre mon idée » : comme c’était satisfaisant ! Pour autant, le procès de l’écrivaine ressemble plus à un éloge qu’à une défense contre les critiques, ce que j’ai également énormément apprécié ! Les analyses de Marianne Chaillan ne sont pas forcées, et on sent son amour à la fois pour l’œuvre d’Amélie et pour les philosophes que l’on rencontre. Ainsi philosophait Amélie Nothomb donne donc autant envie de relire les œuvres de l’écrivaine que de lire les œuvres des philosophes !! 

La fin est digne d’un roman d’Amélie ! La chute est inattendue, surprenante ! Et cette mise en abîme : j’adore !! 

Petit plus : j’ai adoré les jeux de l’autrice, du genre, reprendre le début des Catilinaires de Cicéron en écrivant « Jusqu’à quand abuseras-tu de ma patience Sartre ? Jusqu’à quand ta fureur nous poursuivra-t-elle ? » Ou voir de petites références littéraires/culturelles par-ci par-là ! Elle a aussi apporté de petites touches d’humour bienvenues !

Attention : pour ceux qui n’auraient pas lu les œuvres analysées, l’autrice spoile la fin. Je fais la remarque pour ceux que ça pourrait gêner. Je vous conseille donc de lire d’abord les livres d’Amélie, puis de vous plonger dans celui de Marianne Chaillan ! 

 

Donc, j’ai adoré ce voyage au pays des philosophes ! Tout était bon : l’écriture, l’histoire-cadre, les idées ! A lire, que vous soyez fan d’Amélie ou non ! 

 

Le Papillon des étoiles de Bernard Werber

Classé dans : Avis littéraires — 28 avril, 2019 @ 2:25

Genre : Science-fictionLe Papillon des étoiles

Editeur : Le Livre de Poche

Année de sortie : 2010 [2006]

Nombre de pages : 343

Synopsis : Le plus beau des rêves : Bâtir ailleurs une nouvelle humanité qui ne fasse plus les mêmes erreurs.

Le plus beau projet : Construire un vaisseau spatial de 32 km de long propulsé par la lumière et capable de faire voyager cette humanité pendant plus de 1000 ans dans les étoiles.

La plus folle des ambitions : Réunir des pionniers idéalistes qui arrivent enfin à vivre ensemble en harmonie.

Et au final la plus grande des surprises … 

 

Avis : Je me souviens avoir adoré certains romans de Bernard Werber, notamment Les Thanatonautes ou Le Miroir de Cassandre ; j’avais très envie de retomber amoureuse d’un de ses livres !

Et pourtant … quel échec que cette lecture ! Et ce, sur plusieurs niveaux !  

Tout d’abord, le rythme n’était pas là. J’ai eu du mal à entrer dans le roman, j’ai adoré la deuxième partie et la dernière … mais c’est un autre problème. Je n’ai pas trouvé le roman dynamique, et, même s’il se lit assez vite, il ne m’a pas entraînée. L’écriture, quant à elle, n’est ni bonne ni mauvaise ; ni particulièrement poétique, ni désagréable à lire.

Passons à l’histoire : j’ai aimé l’idée. Vu ce que je lisais, et le synopsis, je m’attendais à quelque chose de particulier. Pas du tout à ce que la fin m’a offert. Elle n’est pas mauvaise ; c’est bien imaginé, bien pensé, bien amené, et original. Je n’ai simplement pas accroché, ni aimé. Je reconnais que c’est bien fait, mais l’idée en elle-même m’a déplu. En revanche, j’ai aimé certains personnages, comme Elisabeth et Satine. Mais j’ai aussi été déçue par la façon dont les femmes sont caractérisées et représentées à la fin. Toujours le même modèle, toujours les mêmes schémas. Comme Yves qui rêvait de renouveau, je rêvais d’autres chemins pris par la fiction. En fait, j’ai été déçue à partir de la fin de la première génération ; [SPOILER] voir les humains reprendre les mêmes guerres, réintroduire les religions, l’argent, voir les hommes demander aux femmes de procréer juste pour fournir des soldats à leurs guerres. Quel ravissement … quelle dépression !! Et voir Adrien renier Elisabeth parce qu’elle est soi-disant stérile, la voir mourir, pour qu’il la remplace par Eya, qu’il désire alors qu’elle est clairement sa fille : woooow ! On adore ! [FIN DU SPOILER] En réalité, je pense que je m’attendais à un livre bien plus optimiste que ça !

 

Donc, une déception. Je pense qu’il est temps que le mois de la Fantasy commence ; je sens la panne de lecture arriver !

 

Tuer le père d’Amélie Nothomb

Classé dans : Avis littéraires — 26 avril, 2019 @ 2:51

Genre : ContemporaineTuer le père

Editeur : France Loisirs (Piment)

Année de sortie : 2012 [2011]

Nombre de pages : 151

Synopsis : Allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un joueur. 

 

Avis : Cela faisait un moment que j’avais lu un roman d’Amélie Nothomb !

Je suis contente d’avoir retrouvé son écriture et, en même temps, je n’ai pas été séduite par Tuer le père. Même le style manquait de quelque chose pour être aussi bon que d’habitude. J’y ai trouvé quelques réflexions intéressantes, mais pas autant que dans d’autres de ces romans. Pour être honnête, je pense que ce livre a souffert de la comparaison avec d’autres œuvres que j’ai lues de l’autrice !

Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, et je ne me suis pas intéressé à l’histoire. Le sujet était assez inhabituel pour moi, mais je n’ai pas réussi à le trouver attrayant. J’ai pourtant appris certaines choses, par exemple, sur le Burning Man que je ne connaissais pas du tout !

La réflexion centrale sur le complexe d’Œdipe est intéressante, notamment parce qu’elle [SPOILER] ne le reprend pas de manière habituelle. Ici, ce n’est pas tant le fils qui veut tuer le père que le père qui veut garder son fils. [FIN DU SPOILER] La folie prend une place de plus en plus grande dans le roman, ce qui peut être troublant. Je ne suis pas une grande fan de la fin.

En revanche, un trope que j’ai beaucoup aimé dans ce livre : le fait que l’autrice se mette en scène en incluant, dans son roman, un personnage qui s’appelle Amélie Nothomb ! J’adore les mises en abîme et les jeux de ce genre !

 

Donc, pas le meilleur d’Amélie Nothomb, mais il se lit !

 

12345...125
 

Baseball fans gather zone |
Eaudefiction |
Ici même |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kpg1221gpk
| Elenaqin
| la saltarelle des baronnes